Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 09:09
un duel pour le siège de député·e, prétend la droite des Yvelines

Un journaliste de franceinfo vient de faire un très petit tour dans notre 10e circonscription. Très ? ou plutôt trop ! sur 7 km on ne connaît pas le terrain, ni ses habitants, ni sa réalité. Voici donc sa retranscription, façon bergère... Vu de Maurepas ou Coignières, est-ce qu'on rêve ? le reportage manque un peu de pluralisme...

C'était ce matin (dans le 5/7) à 6h13 précisément.

Que de découvertes ! La 10e circonscription se résumerait à une "ville bourgeoise", Rambouillet, à des champs jusqu'aux Essarts-le-Roi, à quelques vaches laitières (c'est vrai qu'en fond sonore, ça fait plus pittoresque...)

Quant au choix politique, les électrices·teurs sont gâtés : c'est la droite... ou la droite.
On se consterne d'entendre qu'une radio nationale de service public n'a pris comme source d'analyse politique que "la presse locale" (dont nous connaissons bien l"indépendance" vis-à-vis des élus majoritaires dans le département)...
Alors que les Français·es ont bien montré leur volonté de renouvellement - des élus comme des pratiques - le journaliste n'a retenu que deux candidats :
ou bien le "jeune inoxydable", réac d'extrême-droite, qui cite Mac Arthur (!) et revendique son "ancrage" cumulard,
ou bien la jeune parisienne parachutée, girouette opportuniste  qu'on a vue tourner des LR, être Fillon, puis Juppé... jusqu'où lorsqu'elle serait élue REM ?

Si encore on avait fait parler ces gens de leurs valeurs ? C'est vrai qu'Aurore Bergé s'est distinguée récemment comme féministe, en dénonçant ses collègues sexistes à SQY - mais pourquoi ne dit-elle pas que son "concurrent" trahit la diplomatie de la France, qu'il manifeste contre toutes les valeurs de tolérance et contre des lois votées ? S'apprête-t-elle à le soutenir plus tard, s'il le fallait ?

Parce que franchement, un homme qui compare sa femme à l'enfer... Il se dit pourtant "chrétien" !
(à suivre, car il y aura à dire sur la campagne entre... 13 candidat·es...)

la retranscription du reportage radio

Repost 0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 09:05

Un an après les dernières législatives, un député des plus médiatiques oublie un peu que ses interventions habituelles sont au niveau de la République, et consent à parler du département et de sa circonscription dans les Yvelines. Henri Guaino répondait aux questions du Courrier des Yvelines  (le 14 juin 2013)

Guaino-CourrYv-6.13-copie-1.jpg

ouvrir-guil-copie-1.jpgVous êtes très présent sur la scène politique nationale. Mais alors, que faites-vous pour votre circonscription ?
«Le rôle d’un député est de voter des lois, pas de délibérer comme peut le faire un maire ou un conseiller général. Lorsque j’ai fait campagne, mon slogan était “Une voix forte pour la République”. Mon image est celle d’un député qui compte dans la République. C’est ce que je suis venu expliquer dans ma circonscription ce soir (mardi 4 juin : ndlr).
 

Quel rôle comptez-vous  jouer l’an prochain pour les élections municipales  dans les Yvelines ?
Personnellement, je n’ai pas d’autres ambitions dans les Yvelines. Je prends déjà beaucoup de place. Pour les municipales, j’adopterai un principe général : soutenir les maires sortants comme Olivier Delaporte (UMP) à La Celle Saint-Cloud, Philippe Brillault (UMP) au Chesnay ou encore ma suppléante, Véronique Coté-Millard (UDI) aux Clayes-sous-Bois.
 

Les deux premiers viennent d’être fraîchement réintégrés à l’UMP. La hache de guerre est enterrée ?
Ils ont rejoint l’UMP avec mon soutien. Maintenant, nous regardons tous vers l’avenir.
 

Quel est justement l’avenir de l’UMP qui renvoit (sic) actuellement une image de division ?
L’UMP a vécu une crise passagère. Il est normal dans un parti qu’il y ait des divergences. Mon souhait le plus cher est maintenant d’avancer.

(...)

Que pensez-vous du retour de Pierre Bédier dans la politique yvelinoise pour les cantonales à Mantes-la-Jolie ?
Je me réjouis de le voir revenir. C’est un vieil ami. Je le soutiens sans état d’âme. J’ai la conviction que c’est quelqu’un d’honnête. Il a le droit au pardon. On l’accorde bien à tous les voyous de la terre. L’histoire est pleine d’erreurs judiciaires et d’abus. Les juges ne sont pas des citoyens au-dessus des critiques. Je serais ravi qu’il joue un rôle important pour le département.

Jusqu’à la présidence du conseil général ?
Il n’est pour l’heure, que candidat à une élection. Je lui laisse la primeur d’annoncer ses intentions.

 

Autre députée, ancienne ministre, et surtout aujourd'hui responsable de l'UMP des Yvelines, Valérie Pécressene parlait pas pour son parti - mais plutôt "à titre personnel", quand elle répondait au  Courrier de Mantes, le 29 mai :

titre-soutiens-Bedier.jpg

ouvrir-guil-copie-1.jpg Aujourd'hui l'UMP est en convalescence. Ce dont elle a besoin, c'est d'unité. Ne renouons pas avec la division. Cela vaut pour le plan national, comme pour le plan local et bien sûr pour le Mantois. À ce titre les propos tenus par Dominique Braye n'ont pas leur place.
Pierre Bédier a à nouveau le droit de se présenter. Il éprouve le besoin de revenir. C'est une nouvelle page qui s'ouvre. Le comité départemental des Yvelines ne se réunissant que le 24 juin, c'est à titre personnel que je le soutiens dans cette élection pour ce qu'il a apporté au Mantois. Pierre Bédier est un élu de terrain exceptionnel.
Au delà de toutes les interrogations"...

... les sénateurs UMP Gérard Larcher, Sophie Primas et Alain Gournac soutiennent aussi le candidat de leur parti.
Dans la même page, Alain Schmitz salue l'éventuel retour de Bédier, tout en rappelant qu'il sera heureux de le retrouver "à ses côtés", pas ...à sa place (de président), quelles que soient les rumeurs.

Les politiques de droite soutiennent par leurs blogs la candidature de retour de l'ancien député-maire-conseiller général dans son contexte local à Mantes.

Le tour d'horizon qu'en fait Mediapart introduit quelques nuances en citant le président UMP de la CAMY, Dominique Braye, ancien sénateur :
ouvrir-guil-copie-1.jpg Que dirait-on si tout le PS se mettait en file indienne pour faire réélire Cahuzac ?!, s’indigne-t-il. Les gens comme lui devraient être définitivement écartés.


Au contraire, les conseillers généraux de gauche soulignent la dimension plus large de cette candidature, pour les conséquences nationales et yvelinoises qu'avaient eues sa condamnation.
Et déjà ils s'apprêtent à accueillir Rama Sall dans leur groupe, dès qu'elle sera élue comme ils le souhaitent :

ouvrir-guil-copie-1.jpg

Comment ne pas évoquer les dépenses dispendieuses en communication, le cabinet pléthorique du Président Bédier, les politiques opaques de solidarité internationale ou le projet de circuit de Flins à plus de 10 millions ! Autant d’actes montrant que Pierre Bédier n’a jamais placé l’intérêt général avant l’intérêt personnel.

  Alors que ce retour, dans notre département, sonne comme un douloureux souvenir pour beaucoup d’Yvelinois, les élus socialistes du Conseil Général sont unis derrière Rama SALL afin d’engager ensemble un projet commun, juste et équitable pour le canton de Mantes et ses habitants !


Finalement, peu de bilans dans ce tour d'horizon à droite.
C
elui du député de notre 10e circonscription, Jean-Frédéric Poisson, s'est arrêté au début de l'année. De même que son représentant à Maurepas. C'est pourtant la période la plus récente qui a rendu célèbre notre nouveau député, qui a dû dépasser les plus grandes espérances formées par Mme Boutin : la laïcité dans les Yvelines est bien peu de chose pour nos élus de droite...

-------

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 16:29

C'est le code pour parler de Maurepas, la plus grande ville de gauche dans la 10e circonscription : la situation politique est "compliquée". Un mot qui ne dit rien, mais suggère beaucoup : comment résumer ?

La majorité est dite, comme son maire, DVG : DiVers Gauche. Élue en mars 2008, elle réunissait au 2nd tour deux candidats du premier tour.  Mariage forcé pour s'imposer face à des concurrents, eux-mêmes rassemblés contre leur gré, en dépit de leurs convictions respectives.

Démêlons un peu ceux que les électeurs-trices ont amenés autour de la grande table du Conseil municipal :
- un Maire DVG (après des épisodes conflictuels avec le PS) et son Premier adjoint MoDem : alliés pour le meilleur (la victoire du  mars 2008) et pour le pire (candidature à une législative partielle, mortelle pour la Gauche, en septembre 2009),

- des groupes composant la majorité : des Sans-Étiquette, surtout, et un arc-en-ciel entre le MoDem et jusqu'aux Socialistes. Le nombre des groupes, et leurs composantes, ont beaucoup varié en 4 ans et demi : les deux dernières pages de Maurepas-Actualité, le magazine municipal en font foi chaque mois - un duo peut même constituer un Groupe politique.

- des oppositions composites : à gauche des écologistes qui essaient d'imposer l'équilibre, à droite des UMP d'origine, mais que les UMP d'aujourd'hui dénoncent comme une union contre-nature.

Bref, on trouve de la gauche dans l'opposition et de la Droite dans la majorité. Compliqué ? Attendons la suite.

En ce mois d'octobre 2012, la vraie gauche des socialistes s'organise à l'occasion du Congrès du PS, à Toulouse. Au lendemain du dernier vote, le 16 octobre, nous saurons comment les responsabilités auront été attribuées, selon les choix des militants et des dirigeants.

La période, à 17 mois des prochaines municipales, profite donc à la Droite locale, qui veut se faire entendre aussi. Et l'on voit certains petits nouveaux émerger pour changer eux aussi le paysage à venir.

C'est un miel dont se régale la presse locale ! Le 26 septembre dernier, une pleine page consacrée à Maurepas, au lieu des rares articles habituels, confinés à la dernière page d'actualité des Nouvelles, juste avant le sport.

page-Mps-TLN-26.10.12.jpg

La nouveauté qui pointe, tout de même, c'est une avancée dans les NTIC : la devons-nous à l'espoir que Maurepas bénéficie un jour enfin du très-haut-débit ? Il est vrai que d'être en cul-de-sac d'un vieux réseau de France-Télécom n'a pas favorisé la communicartion dans cette ville, déjà exclue - depuis plus de 20 ans - du réseau d'information de notre aggloméretion naturelle, Saint-Quentin-en-Yvelines.

Autour de nous se sont donc créés des blogs de tous bords : l'écologique Maurepas-Équilibre, plus à droite Maurepas-Ensemble d'opposition municipale, l'UMP G. Garestier, Maurepas-Radical, un duo Maurepas-Naturellement, et enfin un site socialiste du PS local. Quant au MoDem qui fut une composante de la majorité, il semble se déliter par épisodes, avec différents blogs successifs ; mais sa tête de file, le 1er maire-adjoint, vient d'annoncer sa conversion à l'UDI de Borloo - donc cette fois bien ancré à droite.

blogs-Mps-10.12

C'est donc une composition DVG décidément de plus en plus "compliquée"... On dirait que des pages se tournent ?

-----

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 09:50

Les primaires de désignation à la présidentielle de 2012 se rapprochent : les candidat-e-s de gauche pourront se déclarer dans moins d'un mois, le 28, et jusqu'au 23 juillet (pour un vote à deux tours les 9 et 16 octobre).

 

C'est la première fois en France qu'une telle procédure permettra aux électeurs de toute la gauche le choix essentiel : avant le vote officiel et général de tous les citoyen-ne-s, celui d'un-e candidat-e dont les chances seront renforcées. L'idéal aurait été - mais peut l'être encore - que participent à ce scrutin tou-te-s les candidats de gauche. L'organisation matérielle du vote est si importante qu'elle le justifierait d'ailleurs bien...

Mais le plus important est là : sous la seule réserve d'un soutien aux valeurs de gauche, tous les électeurs-électrices pourront venir voter.

 

L'information de tous est donc essentielle. La campagne électorale officielle ne pourra s'ouvrir que lorsque les candidat-e-s seront officiellement inscrit-e-s, donc connu-e-s. Pas avant la mi-juillet.

 

Mais ceux et celle(s) qui se sont déjà lancé-e-s, parcourent la France pour se présenter dns des réunions auxquelles les médias font écho - relayant l'information quand elle est intéressante. Et ...selon la bonne volonté des dits médias...

Une chaîne ou un titre de la presse écrite ne suffit pas à donner une orientation : on peut voir que dans une même rédaction des éditorialistes ou journalistes ont des tendances différentes - et pourquoi pas ? Tout est affaire d'analyse, de cohérence de pensée, et un peu aussi de bonne foi...

Des "journalistes" sont-ils de bonne foi, font-ils leur métier, quand ils ne s'appuient seulement sur les résultats de sondages ? (il faudrait demander aussi aux sondeurs s'ils font bien leur travail dans les règles professionnelles)  Autant se mettre devant les ascenseurs d'une tour, pour noter les nombres de mouvements de montées et descentes dans chaque cage !

sondages-buzz.png

On reconnaît donc ceux qui vont réellement écouter, ceux qui lisent les déclarations des candidats, qui analysent les propositions, qui entendent les publics de ces réunions à travers la France.

 

Dans cette période "à blanc" où rien n'est encore officiel, on peut sans doute accepter un certain manque d'objectivité.

On supporte même presque aussi que le futur hypothétique candidat de l'UMP fasse - depuis des semaines - de nombreux petits voyages (moyens et avions de la République à la clé) pour distribuer promesses et largesses à tous les électeurs potentiels.

Justement aujourd'hui, comme Président de la République, il va en région Poitou-Charentes : il paraît qu'il va arroser de millions d'euros ces terres desséchées. Ce n'est même pas le ministre de l'agriculture qui l'annoncerait : il faut un événement qui montre l'immense intérêt que porte à cette Région le futur candidat.

Quant à la présidente de ce Conseil régional, contrairement à tous les usages de la République, elle n'avait même pas été conviée, même pour la photo...  La muflerie politique n'a pas atteint le point où on lui aurait refusé l'accès quand elle s'est manifestée. Ségolène Royal pourrait donc bien être sur les photos aujourd'hui.

 

Parlant des médias et de cette candidate, Le Nouvel Observateur s'est distingué pendant des mois dans une campagne pour un candidat virtuel, censé écraser toute la gauche tant il irradiait dans le monde financier. Dossiers, pages entières, petits bruits, confidentiels, témoignages, sondages, articles répétitifs sur ses collaborateurs amis et soutiens, DSK était bien là comme quasiment Élu déjà l'an prochain. On a vu la suite, malheureuse (pour tout le monde).

Le Nouvel Obs a-t-il retenu la leçon ? que non ! Dès le lundi un nouveau sauveur lui était apparu : le bon François Hollande. Bon, pourquoi pas ? même si vite.

Mais la technique éditoriale est double : on met au pinacle son candidat préféré (et il fallait d'urgence boucher un trou) ; dans le même temps on ridiculise les rivaux - pas forcément tous d'ailleurs, mais au moins une.

Avec Courage, Le N.O. a commencé de distiller un poison qui se veut mortel : de semaine en semaine, d'article en article, un "journaliste" parsème ses articles de sous-entendus, d'images, d'expressions ricanantes ou méprisantes. À la longue (comme certains l'avaient initié enb 2006), il en restera bien quelquechose dans l'opinion...

Un exemple cette semaine dans le style Meetic : "Au Parti socialiste, le "speed dating" continue", Pour l’amour, on verra ensuite", " On comprend que pour le Che, Ségolène est une Marianne. Figure sacrée avec laquelle il convient de garder une distance", "La claque de Désirs d’avenir", " la maire de l’arrondissement et fidèle apôtre du ségolénisme... En parfaite maîtresse de maison", et tout est de la même encre.

Cela s'appelle un des "carnets de campagne" de ce Sylvain Courage. C'est courageux aussi, pour un hebdo de gauche, d'engager un provocateur de droite.

 

----

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:10

Dimanche dernier, Ségolène Royal célébrait à Paris le souvenir de François Mitterrand. Occasion de rappeler ce qu'a apporté la Gauche après les 23 premières années de la Ve République. Occasion d'une de ces Universités populaires participatives  (UPP) qui rassemblent régulièrement autour de thèmes de réflexion, thèmes qui nourrissent le Projet du/de la prochain-e candidate du Parti socialiste.

DAME ne mentionne pas systématiquement chacune des dates annoncées : comme toutes les UPP font régulièrement salles combles, il est risqué d'inciter au déplacement les Yvelinois pour qui la distance à Paris n'est pas négligeable, et qui ne trouveraient pas de place... Mais ce blog contient tous les liens nécessaires pour connaître les rendez-vous et invitations de S. Royal et de son association Désirs d'avenir. En outre  il est possible de demander à recevoir les Newsletters, et les adhérents reçoivent l'actualité par courriels ainsi que Facebook ou twitter.

C'est bien sûr tout le peuple de gauche qui se rappelait cette semaine l'événement du 10 mai 1981. Et dimanche, parmi les témoins qui se sont exprimés, on a pu entendre un des quatre ministres communistes qui entourèrent Pierre Mauroy dans son nouveau gouvernement dès le 23 juin. (En 1983 le Parti communiste décidait de ne pas participer au gouvernement Fabius.)

Voici donc par exemple l'intervention de Charles Fiterman, rappelant son action gouvernementale (aux Transports), et expliquant pourquoi il a dès 2006 soutenu la démarche de démocratie participative de la candidate socialiste :

 

 

En 2011, trente ans plus tard, cette commémoration n'est pas superflue - d'ailleurs une occasion de faire la fête n'est jamais inutile : depuis 2002 la droite ne sait plus offrir la joie de rassemblements populaires, sans que "la crise" serve de prétexte...

 

La lecture d'un hebdomadaire de gauche en rajoutait une couche dans le désespérant cette semaine : à part quelques pages de chroniques où souffle l'air frais, tout n'est que sombritude ! Le Nouvel Observateur prétendait nous offrir une nouvelle formule, renouvelée dans sa présentation.

Merci à quelques chroniqueurs, habitués ou nouveau (J-C. Guillebault, F. Raynaert et D. Cohn-Bendit), d'apporter une petite différence.  Car si "l'Obs" change", on a eu surtout,  autour d'un dossier-titre sur l'après Ben Laden, des  articles sur Outreau, le dernier suicide de France-Télécom (Orange aussi, tout de même !), le fuyard de Nantes laissant une famille massacrée, et un portrait indigent du PS en campagne présidentielle.

 

Sans vergogne, ce magazine qui se prétend intellectuel, nous raconte le story telling de la marche vers l'Élysée : les deux candidats sont choisis, leur comparaison est censée nous éclairer sur notre vote. Notre choix est incontournable, basé sur les sondages (irréfutables bien sûr) de mai 2011. Bien plus, notre choix nous est annoncé comme cornélien puisque le retour de la Gauche, le changement de politique de la France, passera par deux hommes que rien ne différencie, dont les objectifs et les méthodes sont les mêmes, admirablement classiques. Vive DSK et vive Hollande, "le champion des sondages" et "le favori des médias"... : "la primaire, c'est eux" ! Tout ce qu'attend la Gauche, youpee les mecs  !

Si François Bazin, spécialiste visionnaire des primaires socialistes, entraîne ses lecteurs dans cette manipulation aventureuse, on verra bien le résultat en octobre, après le vote réel de désignation à la candidature. Mais le doute accompagne cette lecture, quand on voit le portrait dessiné du Parti socialiste : entre déni de réalité et méthode Coué, comment mieux ignorer la masse des militant-e-s (qui sont resté-e-s depuis 2008) et des sympathisants ? Ils seront les électeurs des 9 et 16 octobre, et semblent complètement absents du scenario - comme les "adhérents à 20 €" bien mal considérés...

Vite, un nouveau portrait du premier parti de gauche !

 

Et, pour rencontrer les vrais militants de gauche, quelques rendez-vous demain en Île--de-France.

---------

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 18:28
Merci aux médias qui informent les Yvelines. C'est Le Parisien qui a publié cet article (samedi 23 juin 2007), citant une élue socialiste qui a justement réagi. On trouve la même photo sur le site du Conseil général, sous le titre INNOVATION !
 
pub-CG-6.07.jpg
La pub du département jugée sexiste
Une jeune femme brune dont on n'aperçoit que le bas du visage, vêtue d'un tee-shirt moulant avec les mots «I love techno» inscrits sur la poitrine. La nouvelle campagne de publicité des Yvelines est pour le moins déroutante. Elle choque les femmes - et certains hommes - qui la jugent sexiste.

Le président du conseil général, Pierre Bédier (UMP), n'y voit pas malice. Hier, à Versailles il a officiellement dévoilé cette pub destinée à attirer dans les Yvelines les investisseurs britanniques du secteur tertiaire et de la haute technologie. La photo sera publiée en juillet dans le Financial Times et dans Les Echos. Des dates de publication choisies en fonction de la Coupe du monde de rugby, qui se déroulera à la rentrée. Comme l'équipe anglaise sera hébergée à Versailles, la ville du Roi-Soleil s'attend à une déferlante venue d'outre-Manche.
«Cette photo est destinée à attirer l'oeil. Nous avons choisi de faire incarner les Yvelines par une femme jeune et moderne, explique le président Bédier. C'est un brin provocateur, mais l'image reste dans les limites du convenable. » Un clip sera également diffusé ce week-end sur la chaîne du câble Euronews. L'ambiance est volontairement différente. L'affiche un peu macho du vestiaire d'équipe de rugby est oubliée. Place au raffinement : aviron, châteaux, lycée international de Saint-Germain et portrait d'un cadre anglais heureux en famille. Tout est fait pour montrer que la qualité de vie peut être excellente à trente minutes de Paris. «Nos concurrents sont Paris et les Hauts-de-Seine. En mettant en avant l'aspect bucolique de notre département, nous gagnons des points dans le coeur des familles anglaises», explique Pierre Bédier.
Le coût de cette campagne s'élève à 600 000 €. Les élus du département sont tous d'accord pour attirer les investisseurs étrangers.

« Quand on veut valoriser l'intelligence et la technologie, on ne coupe pas la tête de la femme des Yvelines »

Mais la photo de cette femme sans tête choque Marie-Hélène Lopez-Jollivet (PS), la maire et conseillère générale de Vernouillet.
«Quand on veut valoriser l'intelligence et la technologie, on ne coupe pas la tête de la femme des Yvelines. Le message visuel est contradictoire. » L'édile se dit atterrée par cet encart un brin machiste. Elle estime que l'affiche ne trouvera pas son public. «La haute technologie et la recherche sont des secteurs à forte mixité, et je ne suis pas sûre qu'on touche les entrepreneurs anglais en leur renvoyant une telle image de la France. »
Jean-François Bel, le maire UMP de Montesson et vice-président du conseil général, confirme que la photo ne lui plaît pas, à titre personnel. Mais cet ancien patron des huiles Puget estime néanmoins que cette campagne est «pertinente».
«Nous avions fait une publicité mettant en scène une jeune femme sur un vélo qui disait : J'emballe tout . C'est grâce à ça que nous sommes devenus numéro un en France.»

Cette photo, qui sera diffusée en juillet dans la presse économique en France et au Royaume-Uni, a été présentée hier matin aux conseillers généraux.

Julien Constant


Merci donc à
Marie-Hélène Lopez-Jollivet, une des 4 élus socialistes de notre assemblée départementale, une des 5 femmes (sur 39 conseillers généraux !).
Car Mme Christine Boutin, 1ère vice-présidente des Yvelines n'a rien trouvé à redire. Elle aurait pu pourtant s'indigner moralement : elle pourrait expliquer à son président et à son collègue Bel que, pour "emballer" en publicité, une femme sans T-shirt du tout, c'est encore plus efficace... Ces notables masculins qui cumulent si facilement, qui restent entre eux, pratiquent décidément un machisme très ordinaire.

Et si, comme autre innovation, on faisait sauter des têtes à Versailles, tiens ?? N'y voyons pas malice ; c'est bientôt le 14 juillet :

CG-sans-t--tes-copie-1.jpg

(Mais, pour mémoire, c'est la gauche qui a supprimé ce risque pour les justiciables, en 1981)
Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 10:10

À quelques jours de l'élection du nouveau Président de la République, déjà contesté pour son comportement avant même d'entrer réellement en fonctions, tout le monde essaie de tirer les leçons de cette campagne. Et la période est difficile pour tous, après l'échec.

Dès ce samedi le Parti socialiste réunit son Conseil national. Explications de gravure très probables, mais tous ont intérêt à savoir à la fois analyser ces dernières semaines - dans la dignité - et s'engager dans la prochaine campagne : il nous faut de nombreux députés à gauche ! 

Un des soutiens les plus actifs à Ségolène Royal, le jeune économiste Thomas Piketty, livre ce matin à Libération son analyse lucide, et donne à réfléchir à tous les militants socialistes et soutiens de notre candidate.

piketty.jpg"Quelles leçons la gauche peut-elle tirer de la défaite de dimanche ? Pour certains, la cause était entendue depuis longtemps : la France s'est droitisée et s'est mise à rêver de Sarkozy, rien ne pouvait y résister. Argument peu persuasif : toutes les études montrent qu'une majorité de Français a toujours eu peur de Sarkozy et de ses dérives. Le vote Bayrou exprime clairement les craintes suscitées par le nouveau président, y compris à droite.


Pour d'autres, la défaite s'expliquerait par une erreur de casting : pas assez expérimentée, pas assez crédible, en particulier sur les sujets économiques, Ségolène Royal ne faisait pas le poids. L'argument ne tient pas : la candidate socialiste a démontré qu'elle avait les capacités et surtout la volonté de renouveler le logiciel économique de la gauche, en développant un discours positif sur la priorité donnée à l'investissement dans la formation et la recherche, en insistant avec force sur la responsabilisation des acteurs, la décentralisation et le refus du tout-Etat, les nécessaires contreparties entre droits et devoirs. Il est probable que seule Ségolène Royal, grâce à son extériorité par rapport au PS et à la légitimité conférée par le vote des militants, était en capacité de lancer l'appel au dialogue à Bayrou entre les deux tours, impératif politique et démocratique évident qui conditionne les victoires futures (comment prétendre prendre en compte les aspirations populaires en feignant d'ignorer que Buffet a rassemblé 1,9 % des voix et Bayrou 19 %?)."
... lire la suite 

D'autres analyses viendront. Vous avez aussi votre mot à dire (commentaire possible, ci-dessous)

Et dans la 10e circonscription aussi, chez nous, les militants déçus n'en continuent pas moins une campagne volontaire auprès des citoyens. (plus d'information à suivre).

 

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 14:33
Il est possible de remplacer des douaniers par des infirmières

Un article de 20 minutes reprend la réponse de Nicolas Sarkozy dans le débat de mercredi soir ; le candidat sortant prétendait que le budget de l'État ne peut pas remplacer un emploi  de fonctionnaire par un autre, quand Ségolène Royal voulait redéployer les emplois dans la fonction publique.

Alexandre Sulze : «Il est vrai que la fonction publique hospitalière est payée par l’assurance-maladie, contrairement à la fonction publique d’Etat et à la fonction publique territoriale», souligne Martine Bellanger, économiste à l’Ecole Nationale de la Santé Publique (ENSP) de Rennes. Qui rappelle que l’assurance-maladie, elle-même, est financée par les cotisations sociales et la CSG. Nicolas Sarkozy aurait-il donc raison ?
L’Etat a son mot à dire
«Non, il a tort, répond Jean-Marie André, lui aussi économiste à l’ENSP et spécialiste de l’Assurance-maladie. Dans le cadre de la loi annuelle de financement de la Sécurité sociale, l’Etat peut décider d’augmenter les dotations à l’Assurance-maladie via une augmentation de ce qu’on appelle les «contributions publiques». Celles-ci, comme les taxes sur l’alcool, le tabac ou la taxe de solidarité sur les sociétés, contribuent marginalement au financement de l’assurance-maladie, parallèlement aux cotisations sociales».
«On peut donc très bien imaginer que le législateur vote une diminution du nombre de certains fonctionnaires de l’Etat dans la loi annuelle de Finances et répercute l’économie réalisée dans la loi de financement de la Sécurité sociale», poursuit Jean-Marie André.
Et de pointer une contradiction de Nicolas Sarkozy qui a proposé la fusion des Assedic et de l’ANPE. «Les premiers relèvent des partenaires sociaux, comme l’assurance-maladie, et le second est un service public. On peut certes avoir la volonté politique de les fusionner mais pourquoi, dans ce cas, avoir tant mis l’accent sur l’autonomie de l’assurance-maladie ?».

20mn.jpg

La réponse, bien envoyée, de Ségolène à M. Sarkozy était finalement :
" Si vous ne pouvez pas faire, pourquoi voulez-vous accéder aux responsabilités ? Et bien moi, je le pourrai."    
Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 10:24
Dernier jour de vente de l'hebdomadaire que nous trouvons au coin de la rue, à l'entrée des magasins, etc : le n° 644 de L'Itinérant nous est proposé dépuis lundi dernier, mais c'est particulièrement aujourd'hui qu'il faut l'acheter, pour son actualité, et parce que demain il sera trop tard.
L'article qui fait la une va vous interpeller, car vous allez tout de suite penser que les progrès de la science sont tels qu'on peut analyser des mouvements de hauts bâtiments et nous les expliquer... Rien de tel, ni science, ni magie ; vous le comprendrez très vite. Ce ne sont pas les seules pages qui vont feront réagir, mais vous saurez  que c'est pour la bonne cause.

Le plus important est que ce journal est une source de revenu pour ses vendeurs. Même s'ils gagnent peu, ce travail leur permet de garder une dignité humaine que leur statut de SDF fait souvent oublier. Et puis tous les acheteurs réguliers ont leur vendeur ou vendeuse : des relations se sont établies à la longue.

Même si on espère toujours ne plus les revoir au même endroit - parce qu'ils auraient enfin trouvé un toit, une activité professionnelle plus rémunératrice.

Autre moyen d'assurer une ressource stable à ce magazine : plus professionnel si vous en avez l'occasion. C'est d'y faire publier des annonces légales, puisque L'Itinérant est habilité

C'est donc très sérieusement que nous achetons L'Itinérant AUJOURD'HUI.

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 12:31
Aujourd'hui 20 mars 2007, dans le journal de 12h50,
Ségolène Royal est l'invitée de M6 :

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article