Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 07:27
une bonne lecture hebdomadaire, et qui peut donner envie d'en savoir plus :

une bonne lecture hebdomadaire, et qui peut donner envie d'en savoir plus :

"Du jamais vu dans l'histoire de la Ve République, et pas seulement pour l'éventuelle percée de l'extrême-droite. Côté sensation inédite, l'électeur est gâté : les 22 et 29 mars, il va devoir voter non pour un candidat ou une candidate, mais pour un couple. "Un homme et une femme" - de quoi se faire un film. Ce n'est plus un scrutin uninominal à deux tours, mais binominal."

C'est une façon de présenter les choses ; il n'y a pas si longtemps, Le Canard enchaîné, journal satirique était aussi macho que la vie politique française. (Heureusement, il a changé plus vite qu'elle !)

Mais il est aujourd'hui un des rares médias qui ont souligné la nouveauté de ces élections départementales dans nos cantons. D'autres prétendent même que personne ne va comprendre qu'elles aient changé de nom !
Un peu fort, quand personne ne comprenait qu'une élection "cantonale" désignait un élu au Conseil "général". Désormais, c'est simple et clair : il s'agit du département - plus facile à distinguer du Conseil régional.

Et cette réforme, c'est toujours la Gauche qui l'a voulue et fait voter : la parité femme-homme sera assurée au département dès le soir des résultats. 42 conseillers départementaux/cantons des Yvelines à Versailles : 21 femmes + 21 hommes ! Une vraie révolution, que la droite ne met pas tellement en avant...
Et aux mauvais coucheurs qui iraient se lamenter sur le nombre en augmentation, une remarque évidente : il n'y avait QUE 39 élus/cantons auparavant, oui, mais complètement déséquilibrés. Dans les Yvelines, la population avait évolué, avec de nouveaux habitants depuis 30 ans, nous le  savons bien dans notre secteur dynamique. Le précédent découpage ne s'était pas trop soucié non plus de justice électorale : le préfet lui-même signalait la différence entre les cantons de Viroflay (15.905 habitants) et Montigny (61.303 h).

De sorte que les élus n'avaient pas le même poids : Olivier Lebrun (UMP) à Viroflay participait aux décisions du Conseil général avec une voix, autant que François Deligné (PS) à Montigny. Si le plus grand nombre des 39 conseillers généraux représentait chacun-e une moyenne de 30/40 000 habitants, notre canton de Maurepas en avait près de 56.000, avec une seule voix aussi pour Ismaïla Wane (PS). Deux poids, deux mesures ; démocratie injuste.

Le nouveau canton de Maurepas a complètement changé, avec une population ajoutée au sud-est du département, dans la vallée de Chevreuse. Canton au profil moins homogène qu'auparavant, entre agglomération urbaine de SQY, et vallée de Chevreuse à la population plus traditionnelle et conservatrice. Il n'est pas affligé d'inégalités aussi profondes que le département lui-même, mais ses deux élu-e-s voteront en connaissance de cause, en connaissance du terrain : malgré les chiffres que présente la com de Pierre Bédier, les moyennes de statistiques ne font pas la réalité, que les candidats socialistes connaissent bien.

présentation de la carte des cantons par le Préfet des Yvelines

Christine Mercier, 1e Adjointe au maire de Magny-les-Hameaux, et Ismaïla Wane, Conseiller général sortant (Maurepas)

Christine Mercier, 1e Adjointe au maire de Magny-les-Hameaux, et Ismaïla Wane, Conseiller général sortant (Maurepas)

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 22:27

La révolution démocratique, nous l'avons vue, est dans l'imagination : voilà qu'elle permet aux femmes d'arriver plus nombreuses dans les Conseils départementaux. Les Conseils généraux ont fait leur temps, où nous avons vu si peu d'élues : 15 % une honte pour la France, un pourcentage qui ne pouvait augmenter avec ce vote de notables, coupés du monde de tous les jours.
Les Yvelines nous ont habitués à ces hommes de pouvoir, qui en imposaient par leur présence dans les inaugurations, pour couper solennellement des rubans dérisoires... Regroupés entre eux dans l'exécutif du Conseil (la Commission permanente), ils étaient un président et 10 vice-présidents, tous mâles !

Quelques femmes conseillères, souvent candidates choisies dans l'entourage des hommes politiques ; celles qui mènent une vie ordinaire, entre travail et famille, n'arrivaient pas à se faire élire. C'est pourtant le monde qu'elles représentent qui subit le plus les inégalités de ce département : pas assez de logements, trop chers, frein aux aides sociales que la droite des Yvelines (4e département de France en richesses) ne juge pas nécessaires.

Inutile de décrire ici le fossé entre les grandes fortunes qui y résident, et les zones d'emplois sinistrés. Le Conseil général ne juge pas utile d'y porter remède : il suffit d'écouter son vice-président VandeWalle dans le débat entre candidats du canton de Maurepas. Tout est dit, sur un ton versaillais, bien "convenable". Leur grand jeu dans le bilan de ces dernières années, a été de faire tourner le siège du président, fauteuil passé de Pierre Bédier (condamné) à Alain Schmitz, qui le lui a rendu en espérant devenir sénateur...

En face, un élu d'opposition socialiste, sortant avec un bilan de 7 ans - ce qui lui permet de faire un constat : c'est un groupe de gauche, face à la majorité, qui a poussé à quelques changements. Et, encore jeune, Ismaïla Wane, sait bien maintenant ce que pourraient faire des élus de gauche. On peut espérer qu'il sera réélu pour continuer au moins un mandat supplémentaire.
Il aura un atout de plus : la découverte qu'il a faite seul de son canton, dans son département, cette découverte sera plus efficacement prolongée par une action. Désormais le canton de Maurepas aura deux élu-e-s : une et un ; de quoi connaître à deux la population et le terrain, de quoi réfléchir à deux aux solutions, de quoi peser à deux dans le débat face à la droite. L'expérience municipale et communautaire de Christine Mercier à Magny-les-Hameaux (dans la CASQY) en fait la candidate idéale.

Dans cette video, le débat politique est intéressant. Mais nous découvrons aussi la réalité de ce qui sert d'épouvantail dans les médias : la candidate du Front national dans notre canton. À faire découvrir autour de soi : ça vaut la peine !

Alors, la vraie révolution démocratique que le gouvernement PS a apportée, donnons à la gauche les élu-e-s qui sauront la faire vivre au quotidien : élisons deux socialistes pour le canton de Maurepas

Après un débat intéressant sur ce qu'apportera la nouvelle parité, la candidate FN est invitée à parler. Aie... Quant à son programme, on frôle le pathétique !

Ce premier débat est une entrée en matière, et la campagne ne fait que commencer. Posez vos questions, interpelez, pour pouvoir voter !

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:22

Comment ne pas se réjouir de ce rassemblement de candidats d'un nouveau genre ?
pour la première fois dans les départements, à la différence des écrans TV et photos politiques habituelles, on voit ensemble des femmes et des hommes !

des départementales pour la démocratie

Quant à ceux qui prétendent que cette gauche ne change rien... montrez-leur solennellement que c'est faux. C'est le Président socialiste qui a voulu la parité entre femmes et hommes, l'égalité réelle, une modernisation de la vie politique, grâce à un mode de scrutin original.

Dites autour de vous que c'est un vrai changement, pas une hypothèse .
Dites que ce n'est pas la droite qui l'a fait.
Dites que de nouveaux élu-e-s nous représenteront mieux, nous la société diverse des citoyen-ne-s.

Comprenez que, pour une première élection, il a parfois été difficile de trouver des femmes volontaires pour cette bataille qu'on pressent rude pour la gauche ; mais qu'il faut les encourager dans cette première étape vers le renouvellement.

Elles n'étaient que 6 femmes élues dans les Yvelines, à côté de 33 hommes conseillers généraux sortants. Elles seront 21 - ils seront 21 !

Regardez les affiches de la campagne : ça se voit !

Et... courage les filles !

des départementales pour la démocratie
Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 08:22

La presse locale a pu organiser la fameuse photo sur le grand escalier : Toutes les Nouvelles publie le rassemblement de la majorité UMP regroupée autour du nouveau maire Grégory Garestier. Comment s'étonner que les oppositions aient refusé d'y participer ? Quoi qu'on pense du résultat et de la victoire de la droite, ces élections municipales ont eu le "mérite" de dissiper toutes les ambiguïtés sur la gouvernance de cette ville, ambiguïtés payées d'abord par l'ancienne majorité depuis au moins deux mandats.

La séance avait commencé, selon l'ordre du jour légal, par le vote de désignation du nouveau maire, M. Garestier bien sûr : 26 voix, contre 2 au candidat de la gauche I. Wane. Scrutin qui confirme bien les orientations politiques....
La courtoisie fut de règle après un hommage à Georges Mougeot maire sortant après 37 ans de mandats successifs. Son successeur UMP et Ismaïla WANE (socialiste) ont contribué à cet hommage. L'ancienne majorité est aujourd'hui réduite à 6 sièges, et ses 3 composantes ont pris également la parole : Florence BARY-Schwartzmann, Michel HAYE, Pierre LE GUÉRINEL.

Puis ce fut le vote pour la liste des adjoints, confirmée d'abord pour son nombre : 9 comme dans la municipalité précédente (le maximum légal étant de 30% du nombre total des élus, 33). Soit dans l'ordre (avec leurs délégations) :
1er adjoint : Erwann LE GALL, modernisation de la Ville et des services publics, ressources humaines et affaires sociales ;
2ème adjointe : Myriam DEBUCQUOIS, sécurité et tranquillité publique, amélioration du cadre de vie et travaux ;
3ème : Laurent BURÇON : famille, enfance, réussite scolaire et jeunesse ;
4ème : Sylvestre DOGNIN : finances, à la prospective et à l'évaluation des politiques publiques ;
5ème : Elsa PIGEAT : attractivité et dynamisme économique du territoire, commerces et marché ;
6ème : Christian GUILLOT : environnement, développement durable et urbanisme ;
7ème : Véronique ROCHER : action culturelle, patrimoine historique et relations internationales ;
8ème : Emmanuel DUTAT : démocratie locale, citoyenneté et vie des quartiers.
9ème : Pascale DENIS : vie sportive et relations avec les associations.

L'exécutif ainsi constitué donna l'occasion à la seconde élue socialiste, Martine FAYOLLE, de déplorer un manque de respect de la parité par cette nouvelle municipalité ; elle fit remarquer que sur les 10 postes, 4 seulement revenaient à des femmes.
Alors que les listes de candidature aux municipales doivent alterner femmes et hommes (sous peine de refus d'enregistrement en préfecture), la liste UMP une fois élue a bousculé les lignes pour mettre un homme en 1er adjoint et reléguer les 3 autres adjointEs aux 5e, 7e et 9e rangs.

Voilà un bien mauvais départ, mauvais signal pour une équipe qui annonçait
- "l'alternance"... mais pas celle-là, apparemment !
- "une démocratie locale innovante"... mais pas au-delà des habitudes de l'UMP : à relire les tracts de campagne de GG, on voit bien que la participation - qui faisait défaut toutes ces dernières années - n'était pas un objectif du maire d'alternance.
... inutile donc de chercher quelles promesses seront tenues ou pas.

Et il est bon que cette première séance du nouveau conseil municipal ait permis de montrer ce que la gauche aurait pu apporter à Maurepas.

------

Le maire de tous les Maurepasiens... Que les Maurepasiennes n'en demandent pas trop !

Le maire de tous les Maurepasiens... Que les Maurepasiennes n'en demandent pas trop !

Repost 0