Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 09:09
un duel pour le siège de député·e, prétend la droite des Yvelines

Un journaliste de franceinfo vient de faire un très petit tour dans notre 10e circonscription. Très ? ou plutôt trop ! sur 7 km on ne connaît pas le terrain, ni ses habitants, ni sa réalité. Voici donc sa retranscription, façon bergère... Vu de Maurepas ou Coignières, est-ce qu'on rêve ? le reportage manque un peu de pluralisme...

C'était ce matin (dans le 5/7) à 6h13 précisément.

Que de découvertes ! La 10e circonscription se résumerait à une "ville bourgeoise", Rambouillet, à des champs jusqu'aux Essarts-le-Roi, à quelques vaches laitières (c'est vrai qu'en fond sonore, ça fait plus pittoresque...)

Quant au choix politique, les électrices·teurs sont gâtés : c'est la droite... ou la droite.
On se consterne d'entendre qu'une radio nationale de service public n'a pris comme source d'analyse politique que "la presse locale" (dont nous connaissons bien l"indépendance" vis-à-vis des élus majoritaires dans le département)...
Alors que les Français·es ont bien montré leur volonté de renouvellement - des élus comme des pratiques - le journaliste n'a retenu que deux candidats :
ou bien le "jeune inoxydable", réac d'extrême-droite, qui cite Mac Arthur (!) et revendique son "ancrage" cumulard,
ou bien la jeune parisienne parachutée, girouette opportuniste  qu'on a vue tourner des LR, être Fillon, puis Juppé... jusqu'où lorsqu'elle serait élue REM ?

Si encore on avait fait parler ces gens de leurs valeurs ? C'est vrai qu'Aurore Bergé s'est distinguée récemment comme féministe, en dénonçant ses collègues sexistes à SQY - mais pourquoi ne dit-elle pas que son "concurrent" trahit la diplomatie de la France, qu'il manifeste contre toutes les valeurs de tolérance et contre des lois votées ? S'apprête-t-elle à le soutenir plus tard, s'il le fallait ?

Parce que franchement, un homme qui compare sa femme à l'enfer... Il se dit pourtant "chrétien" !
(à suivre, car il y aura à dire sur la campagne entre... 13 candidat·es...)

la retranscription du reportage radio

Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 09:30

 

Après des mois d'incohérences et de turbulences, parfois violentes, c'est ce dimanche 7 mai qui va nous donner la clé décisive, pour confirmer notre volonté de démocratie. Les affrontements ne sont pas le moyen d'assurer le fameux slogan du "vivre ensemble".  C'est à chacun·e de nous de contribuer désormais et d'utiliser son droit, son devoir = le vote.

Ce blog est resté longtemps muet, comme un reflet de la vie locale - hélas. Donnant des indications qui pouvaient être utiles à des citoyen·nes de gauche, il ne voulait pas s'instaurer en maître à penser.
Mais sa vie réelle apparaît dans les "statistiques" : jamais un jour sans vous ! Il doit être apprécié puisque de nombreux internautes viennent régulièrement le consulter. Son fond d'archives reste comme une mémoire pratique, après plus de 10 ans, comme un point fixe qui permet de retrouver des prises de positions, des événements locaux, d'anciennes campagnes électorales. Dans le même temps, de nombreux blogs politiques se sont créés puis éteints - souvent pour qu'on ne retrouve pas les vieilles promesses oubliées...

Depuis septembre 2006, finalement, une certaine fidélité retrouve ses origines : l'appel que nous lançons aujourd'hui s'appuie à la fois sur l'expérience, la constance et sur un espoir de renouveau.
Notre espoir en 2006 était que la France soit enfin représentée par une femme, et une femme de qualité, et une femme de gauche. Comme elle, nous avons dû accepter la déception - inutile de refaire l'Histoire. Mais comme elle aussi, nous avons individuellement essayé de suivre le chemin qu'elle nous avait proposé, dans le respect des autres et de nos idées.

En ce mois de mai 2017, se noue enfin le choix décisif : non plus entre la droite et la gauche traditionnelles - mais entre le pire et le meilleur possible, qu'on appelle République, démocratie. Sur des électorats désorientés plane l'ombre que notre pays essaie de chasser, ressemblant à celle qui vit notre pays dans la collaboration avec le fascisme. Chaque dirigeant - droite ou gauche traditionnelles - a montré son désarroi ; y compris parmi les élus que nous avions choisis ces dernières années.

Mais à Maurepas, ce n'est pas qu'une question abstraite, de principe. Nous n'allons pas nous couvrir de ridicule en utilisant l'injure - comme tant d'autres le font sur les réseaux sociaux. Non : notre maire n'est pas un fasciste. Mais son environnement et son silence nous font souvent redouter le pire. L'électorat de Fillon, MLP, Dupont-Aignan et Poisson au 1er tour du 23 avril pèse tout de même 39 % ! Et si le FN ne se déclarait jamais au grand jour dans notre ville, ses électeurs osent de plus en plus affirmer leur "conviction"- sans doute encouragés par le bravache député dont nous n'avons pu empêcher la réélection en 2014, à la suite de l'indigne Mme Boutin. (Tout cela comme "chrétiens"...)

des élu·es cohérent·es
des élu·es cohérent·es
des élu·es cohérent·es
des élu·es cohérent·es

des élu·es cohérent·es

L'espoir reste pour celles et ceux qui ne se résignent pas. Ne nous résignons pas au pire.
Dans tous les partis - droite et gauche - peut se former une majorité qui s'oppose, avec un bulletin de VOTE pour EM (Emmanuel Macron, pas forcément "En Marche!"). Déjà près de 28% ont choisi clairement des candidats de gauche, et lui-même a recueilli sur son nom plus de 30% des suffrages maurepasiens.
On peut raisonnablement penser que sur les 20% d'abstentionnistes du premier tour, une partie attendait le 2nd tour pour se décider (c'est là aussi une tradition électorale !)

Encore 3 jours pour réfléchir. Vous trouverez ici demain quelques éléments d'information pour y contribuer.
Ce soir, nous aurons LE fameux débat d'entre-deux-tours - avec l'espoir que la rouerie ne l'emporte pas sur la volonté de la jeunesse. "Mais aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années" : c'est bien d'oser !

À demain !

espoIr pour la planète

espoIr pour la planète

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 18:59
météo, boulot, dodo - meilleurs vœux !

Notre Maurepas ronronne, et s'y habitue. La ville semble résignée à l'absence de vrai événement, hormis ceux que la municipalité lui concocte, que nous découvrons chaque mois dans son magazine. Ou bien avant, dans les pages programmes, comme agenda - ou ensuite, dans les pages-album, dans des photos souvent éclairées par la présence du Maire (toujours disponible). Quelle est la participation réelle des Maurepasien.ne.s ?

Goûtant soudain les idées d'avenir, ce mois de janvier, le groupe majoritaire a enfin ressenti le besoin de changer de style. Dans l'avant-dernière page, politique, les élus de droite ont renoncé à attaquer les élus d'opposition. Il était un peu lassant de les voir profiter de la lecture des autres "Expressions", avant publication, pour leur répondre sans aucune élégance. Cette fois  ils nous annoncent la "mise en œuvre" de leurs grands projets ; il est vrai que c'est généralement la 3e année qui permet aux élus locaux de réaliser leur programme électoral.

Être r-entrés dans SQY est aussi une nouvelle expérience, et la réalisation des projets en dépend. Il semble que se retrouver à la fois maire et vice-président de la Communauté d'agglomération, sans aucune expérience, ce n'est pas simple.
Assez facile de réaliser (enfin) les travaux du pont Guy-Schuler et de l'accès à la gare de La Verrière : c'est évidemment l'agglo qui assume.
Autre motif d'autosatisfaction, la construction du cinéma-multiplexe : c'est le projet d'un promoteur privé ! Même la contestation des habitants n'a pas pu faire obstruction. Quelles seront les conséquences pour notre Ciné 7, bien mal défendu par le maire d'Élancourt ?

Mais l'année 2016 a mal fini pour M. Garestier. Trop présomptueux pour sa ville, il n'a pas vu arriver l'obstacle communautaire : l'opposition (pourtant bien réduite) n'a pas permis en décembre le vote pour sa trop belle piscine. Son "intérêt communautaire" faisait peser des interrogations sur les autres piscines de SQY. Quand se décidera-t-il à refaire simplement la toiture du bâtiment, qui manque tellement aux habitants, de tous âges, depuis 2 étés déjà ?

Allez, il remettra son ouvrage à 2017. ...
Bonne nouvelle année à toutes, et à tous !

météo, boulot, dodo - meilleurs vœux !
météo, boulot, dodo - meilleurs vœux !
météo, boulot, dodo - meilleurs vœux !
météo, boulot, dodo - meilleurs vœux !
météo, boulot, dodo - meilleurs vœux !
météo, boulot, dodo - meilleurs vœux !
Repost 0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 11:58

c'est à Paris que se réunira en fin d'année 2015 une grande conférence mondiale sur le climat. Nous savons que Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, fait avancer la politique française pour que notre pays progresse, et entraîne d'autres États de l''Union européenne et du monde.

une année importante s'ouvre devant nous
Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:03

Il y a 40 ans fut prise la décision de créer Saint-Quentin-en-Yvelines, une Ville nouvelle qui vit le jour officiellement le 1er janvier 1973, avec son SCAAN (Syndicat communautaire d'aménagement de l'agglomération nouvelle, qui deviendra SAN plus tard).

 

 

Dommage que ce joli documentaire ait maquillé le portrait historique : même le plan d'origine est amputé de 4 des communes fondatrices.

Bien sûr il est peut-être plus facile aux nouveaux habitants de SQY de retrouver les ommunes qu'ils connaissent aujourd'hui. Mais cela peut perturber les habitants de 1972, de se voir reniés, comme s'ils n'avaient pas un peu contribué pendant 10 ans à la réussite  de cette Ville Nouvelle pionnière, à sa vitalité ; ils ont lutté pour la faire reconnaître, quand les notables conservateurs des Yvelines la prétendaient "sans âme".

SQ-Bisque-79.jpg

La première grande commune réellement habitée par de nouveaux Saint-quentinois a tout de même été Maurepas : elle était passée de 400 à 13 000 habitants lorsque des élus inconscients lui ont fait quitter SQY... En 2011, c'est à cause de querelles de personalités politiques que son retour dans l'intercommunalité a été considérée comme impossible. Un beau gâchis, et une absurdité historique.

---------

Repost 0
Published by henriette - dans environnement interco
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 01:51

Il était une fois un petit village qui devint ville de gauche, Maurepas, la première à se construire en grand, à attirer de nouveaux habitants dans une petite "ville nouvelle", Saint-Quentin-en-Yvelines. Dans cette explosion de vitalité pionnière, un maire de droite eut la lubie de revenir à ses souvenirs de petit garçon dans son petit village ; dès qu'élu, Levet passa à l'acte, et put rester seul maître à Maurepas, séparée de ses voisins.

Presque 30 ans plus tard, le maire de gauche qui lui avait succédé jouissait pleinement de cette belle autonomie, en toute tranquillité ; MM. Mougeot et Chappat en étaient même toujours à solder les comptes avec leur grande voisine, l'agglomération de SQY.
Mais voilà qu'un gouvernement de droite somma Maurepas de se trouver des partenaires pour une intercommunalité. Épisode après épisode, les recherches restaient vaines, car il faut être deux pour faire un accord... Difficile de faire des déclarations d'amour quand on n'a fait que se chicaner !

Qu'importe ! Lubie nouvelle, on fit le grand saut, pour renouer avec la communauté qu'on disait sans charmes. Il fallut d'urgence lui trouver des avantages, avant de lui demander sa main.

Hélas, le Préfet va imposer d'autres noces, semble-t-il, et le dépit est grand à Maurepas : même l'hebdo local s'en fait l'écho - qui ne tend pas si souvent son micro à tous les élus de gauche...

GM-greve-TLN-7.12.11.pngToutes les Nouvelles - 7 décembre 2011

Quant aux maurepasiens qui comptaient sur des promesses pour retrouver des voisin-e-s si proches, ils devront attendre des jours meilleurs.

 

-------

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 10:16

Les Yvelines, dans leur Sud, possèdent un  trésor du patrimoine - historique, certes, et ce n'est pas le seul du département.

Mais la Bergerie nationale de Rambouillet est un patrimoine historique, et reflète aussi une diversité originale qui n'a pas cessé de se renouveler juqu'à ces dernières années.

 

Bergerie nat

C'est cela qu'une bureaucratie imbécile a décidé de démanteler, dans le silence et l'ombre d'administrations sourdes et aveugles : il a fallu la formation d'un collectif des personnels pour que le public en ait connaissance : c'est à dire nous, les citoyens, électeurs, contribuables, soucieux de démocratie participative.

 

Le public c'est aussi 100 000 personnes qui viennent chaque année visiter ce site aussi bien harmonieux que pédagogique. Autant de gens qui découvrent cet emblème de la culture dans tous ses sens ! Des foules d'enfants qui avec leurs classes ou en famile découvrent l'agriculture, la nature, en pleine région périsienne.

Et autant de gens qui peuvent - dans les boutiques - découvrir, acheter, consommer des aliments différents, et aborder le commerce équitable.

 

La majorité présidentielle, quand elle devra reculer - ce qui est inévitable-, ne pourra rejeter la responsabilité de ces décisions sur personne : elle règne sans partage sur ce département avec 11 députés sur 12, avec 5 sénateurs sur 6, le président du Sénat dont on connaît la faconde bonhomie pour peser sur tous et tout, un maire de Rambouillet (tiens, c'est le même !), une ministre de l'Éducation et de la Recherche (ça tombe bien !)

 

Mais cette majorité se vante généralement d'avoir fait son fameux Grenelle de l'environnement.

Quelle cohérence dans tout ça ?

Quel plus "bel" exemple de reniement politique ?

 

Ne laissons pas "pisser le Mérinos"!

--------------

Repost 0
Published by henriette - dans environnement
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 10:37

1.annonce 19.3.11informations, à suivre. Pour toute question :

-------

Repost 0
Published by henriette - dans environnement
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 11:00

La commission préfectorale (CDAC) a tranché ce 25 novembre :

rejet-CDAC-Parisien-26.11.10-copie-1.jpg

Assez prévisible après les nombreuses réactions au projet, le refus du dossier avait allié les représentant-e-s de collectivités territoriales (CASQY, Conseil général), des consommateurs, et bien sûr  de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) : vote majoritairement négatif de la commission, où siégeaient deux adjoints au maire de Maurepas, représentants de la viile.

Tout le monde guette bien sûr un recours d'Immochan à la commission nationale (CNAC) malgré ce score peu encourageant. On peut voir aujourd'hui les conséquences (politiques) à travers les différentes réactions.

Les 873 signataires de la pétition, spectateurs et cinéphiles entre Saint-Quentin et Rambouillet, sont satisfaits de ce résultat qu'ils espéraient ; pour eux ce n'est pas de la politique, même s'ils sont aussi contribuables des collectivités qui financent les salles de quartiers : de quoi s'interroger sur la cohérence. Ils sont maintenant près de 1300 à s'être portés sur le site, continuant leur soutien.

Soulagement aussi pour le responsable du Ciné 7, qui avait programmé et budgeté des travaux lourds : 3e salle, aménagement avec ascenseur, dont les résultats seront bienvenus.

Enfin la ville de Maurepas : la sortie de Maurepas Actualités, produit son petit effet dans la population. Les deux dernières pages de tribunes libres, par groupes d'élus, provoquent plus d'interrogations qu'elles n'y répondent. Il est vrai que leur rédaction - vu le temps d'édition du magazine municipal - est probablement antérieure au refus officiel. Dans l'ordre, les groupes qui évoquent le sujet (3 groupes/7, et non des moindres) :

 

MAUREPAS ÉQUILIBRE (opposition écolo - 3 signataires du texte, ci-dessous en extrait) :

"Le Maire propose l'implantation d'une salle de cinéma multiplex (12 salles) près du village de loisirs, peut-être pour en améliorer l'équilibre financier incertain. Mais quel impact sur la salle de cinéma locale qui apporte bien plus que de la projection commerciale ? Et sur la circulation routière ? En quoi l'intérêt pour le développement durable est-il compatible avec ce gigantisme commercial ? Allons-nous pouvoir en débattre ?"

 

UNION POUR L'AVENIR DE MAUREPAS (groupe composante de la majorité - 7 signataires du texte, intégralement cité) :  

"Les Maurepasiens méritent un conseiller général soucieux de leurs intérêts et mieux qu'un très mauvais film.    Depuis plusieurs années, un complexe cinématographique est prévu pour compléter l'actuel Village des Loisirs.

Nous avons tout à y gagner. Pour disposer d'une offre cinématographique digne de ce nom, il faut aujourd'hui aller jusqu'aux salles UGC de Saint-Quentin-en-Yvelines, ce qui suppose de prendre une voiture, se déplacer parfois tard le soir...

C'est peu commode pour une partie importante de la population : nos anciens vieillissent et peuvent avoir du mal à se déplacer ; les jeunes n'auraient pas besoin de prendre un véhicule, ceux qui travaillent en journée gagneraient un temps précieux. Cette proximité serait un avantage pour tous, sans compter les emplois à la clé. En cette période de crise, ce n'est pas négligeable. Enfin, financé par des fonds privés, cet ensemble viendra compléter les équipements actuels sans coûter d'argent public. Qui pourrait s'en plaindre ?

Or, ce projet déclenche des hostilités logiques et d'autres plus surprenantes.

Que les élus d'Élancourt craignent pour le cinéma des Sept-Mares, on peut les comprendre, même si leurs craintes sont sans doute excessives. Un petit cinéma de proximité et un grand complexe ne se font pas vrament concurrence.

Plus étonnante est la position du conseiller général socialiste du canton. Au lieu de défendre les intérêts des Maurepasiens, il prend en effet position contre notre projet, déclarant suivre ainsi la "position du parti socialiste"; Soyons réalistes. Il suit surtout les consignes d'élus de la ville nouvelle que chagrine cette future implantation.

La question est alors simple: si le conseiller général choisi par les Maurepasiens va contre leurs intérêts, à quoi sert-il ? la réponse lui sera donnée lors des prochaines élections."

 

RÉUSSIR MAUREPAS (groupe de la majorité divers-gauche, dont le maire et le 1er adjoint - 7 signataires de cet extrait)

"Intercommunalté libre ou forcée. (...)

Mais des difficultés existent : (...) l'opposition ou le frein systématique à tous les projets intéressant Maurepas (gare SNCF, transports en commun en site propre, nouveau cinéma - pourtant prévus sans recours aux fonds publics contrairement à la 3e salle d'Élancourt programmée sur fonds publics sans aucune concertation, CIO, passerelle de la RN10...)

Dans ces conditions, et même si les majorités sont de même couleur ici et là, comment pourrait-on nous forcer à rejoindre une agglomération qui ne veut pas de nous et le manifeste en permanence ? Devrions-nous perdre nos acquis de gestion rigoureuse, sociale et créative pour satisfaire des calculs poliitques venus d'ailleurs ?" (...)

 

M-Actu-Lettre groupes-12.10

Maurepas-Actualités - pp. 22-23

Il n'est pas négligeable de constater que ce multiplexe est surtout l'illustration même d'un problème principal, évoqué en sous-entendu. La future intercommunalité, obligatoire en 2013, et qui semble la grosse patate chaude : le 1er adjoint, venu de l'agglomération de SQY (qu'il persiste à appeler ville nouvelle) avait mission de la réussir pendant ce mandat en alliance avec le maire sortant et réélu. Autre problème récurrent : la démocratie non-participative, la décision sans débat ni explication ; pour une concertation, il faut être au moins deux.  Nous reverrons ces deux questions ici plus tard : vos commentaires seront les bienvenus, évidemment.

 

Le choix pour ou contre ce multiplexe s'est donc traduit pour les élus en choix politique. Et visiblement sans frontières de partis.  Les élu-e-s qui mettent en avant l'intérêt général, sont tout à fait légitimes :

Si M. Fourgous (UMP) cumule avec sa mairie d'Élancourt ("commune la plus peuplée du canton"), où le Ciné 7 est à moins de 200 mètres de la limite de Maurepas, il est aussi et surtout député de la Nation (comme Anny Poursinoff, députée EELV) ; il siège également (opposition) au bureau de la Communauté d'agglomération de SQY.

Si le conseiller général, pris vivement à parti par un groupe d'élus, n'avait pas le sentiment de la dignité de sa fonction, il aurait pu manifester avec humeur contre ce déni irrespectueux. Élu par la majorité des électeurs du canton, il n'est propriété de personne. Pourquoi défendrait-il les "intérêts des Maurepasiens" contre tous les "intérêts" des 3 autres communes ?

 

ET d'ailleurs, où sont vraiment "les intérêts des Maurepasiens" ? Ils s'expriment, mais personne en ville ne le leur a demandé, ne les a consultés - à part M. Wane, CG socialiste, profitant de ses rencontres avec les citoyens, dans ses permanences : lui-même l'a rapporté publiquement le 20 novembre.

 

Il faut bien mal connaître cette ville pour penser que ses habitant-e-s ne vont pas déjà au Ciné-7, cinéma "digne de ce nom" ; qu'ils s'imaginent rentrer du bout de Pariwest "tard la nuit", "sans véhicule"...

Et qu'il ne relèveront pas le défi électoral moqueur de M. Le Guérinel, quand le temps sera venu.

 

---------


Repost 0
Published by henriette - dans environnement
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 18:41

Culture, loisirs, équilibre économique, solidarité des territoires, circulation, environnement, voilà bien des thèmes qui se rencontrent à propos d'un nœud de discorde entre Maurepas et l'agglomération qui l'entoure.

La presse locale, avec Toutes les Nouvelles, et TVfil78, le réseau qui dessert toutes les comunes câblées (non Maurepas donc), donnent écho aux inquiétudes des professionnels indépendants du cinéma : les salles Ciné 7 aux Sept-Mares, et Le Grenier à Sel de Trappes.

Ces salles sont connues et appréciées des habitants. Elles sont soutenues financièrement par les collectivités - dont Maurepas pour Ciné 7. Elles ont dû affronter la concurrence du système commercial multiplexe de SQY, et sont parvenues à retrouver peu ou prou l'équilibre. La grande crainte est maintenant qu'une nouvelle offensive commerciale ne vienne à bout de la salle d'Élancourt, qui a maintenant 35 ans : l'exemple de Plaisir est significatif, avec un projet de multiplexe dans le centre commercial régional, qui a provoqué la fermeture du cinéma municipal Jacques-Becker.

ciné7-TLN-petit-10.11.10

Dans Toutes les Nouvelles, on peut lire les arguments de Luc Beaucamp, qui milite pour son cinéma aux Sept-Mares et depuis si longtemps a su l'adapter à des contextes difficiles  : "Nous avons rencontré le maire de Maurepas pour lui expliquer les risques pour nos salles, mais d'après lui il faut laisser faire le marché. (...) Pourtant Maurepas est partie prenante de la SEM qui gère le Ciné 7 ! Reste le rôle social, culturel et "éducatif que nous jouons dans le secteur, notamment auprès des écoles, collèges et lycées, et même ceux de Maurepas."

Question marché, même le député-maire UMP d'Élancourt invoque l'intérêt général ! "Un troisième multiplexe dans le secteur serait déraisonnable. On peut être libéral (sic) mais là, c'est de l'ultralibéralisme et c'est destructeur."

Le site de sa mairie soutient la pétition de Ciné 7, et son conseil municipal va d'ailleurs, à l'exemple de la CASQY, voter le 26 novembre une motion qui devrait rassembler tous les élus, de droite comme de gauche.

Le JT de TVfil78 a traité la question en donnant aussi la parole au président (PS) de la CASQY, Robert Cadalbert :

Beaucamp-TVfil78-10.11.10

Ainsi donc, le maire de Maurepas maintient son projet, seul contre tous, et s'agace qu'on veuille en débattre.

Démocratie participative, où es-tu ?....

--------

Repost 0
Published by henriette - dans environnement
commenter cet article