Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:49

Ah ! les 50 ans de Maurepas "ville nouvelle"... La célébration en place Riboud, samedi 24 juin, a été surtout une occasion de plus de rassembler les "familles", avec jeux gonflables et barbe à papa. Ç'aurait pu leur être aussi une occasion de connaître l'histoire de leur ville. Mais de l'iceberg sous ce grand soleil on n'aura vu vraiment que les 3 dernières années (2014-2017) - sauf la piscine qui devrait donner un peu de fraîcheur aux Maurepasien·ne·s de tous âges.

Le reportage de TVfil78 n'a pas manqué de donner la parole au jeune maire, sans qu'il évoque beaucoup les 47 années principales de ce jubilé : juste assez pour savoir qu'il est lui-même né à Maurepas, qu'il était heureux d'inviter "l'architecte" et "le sculpteur" du promoteur Riboud.
Précisons qu'il s'agissait de Roland Predieri (90 ans, tout de même !) et de Gérard Ramon, tous deux se réjouissant de s'adresser publiquement - pour la première fois en 50 ans - aux habitants de "leur" ville !

Les grands absents de ces 47 ans ? Les souvenirs de ceux et celles qui ont "fait" la ville de Maurepas. On voit seul Pierre B, de la lumière dans les yeux, évoquer toutes les activités déployées par les premiers habitant·e·s, toute la solidarité de l'époque pour vivre mieux ensemble : lui, aux Bessières, fut entre autres responsable des parents d'élèves FCPE. Au moins ce rappel historique empêche d'oublier l'époque où ils et elles furent nombreux comme lui, l'ami modeste.
Mais qui d'officiel aurait pensé à rechercher d'anciens militants bénévoles des nombreuses associations, enseignant·e·s, commerçants, élu·e·s ? Qui les aurait invités à entourer l'équipe municipale ?
Qui les aurait seulement évoqués, alors que c'est Maurepas d'hier et d'aujourd'hui qui a fourni les éléments d'histoire, sans même que soit cité son ancien nom, le si actif Comité de sauvegarde du Village connu de tous ?

On peut rire aussi de cette exposition de photos, où un service de communication a pu déployer tout son art. Deux par deux, elles sont assemblées pour une comparaison parlante : en haut une photo d'archives, sépia comme il se doit, en bas la couleur et une date : 2017. Car voilà ce qu'il importait de dire : les plus belles années de Maurepas sont les dernières, quitte à rapprocher un coin de parking et le même plus tard avec une voiture rouge. Ainsi la plus belle école de Maurepas est celle qui a été restaurée l'année dernière...

Voilà donc cette video qui s'ajoute aux documents de com de Maurepas TV, belle anthologie de 3 années essentielles !

Maurepas : "Son urbanisme, sa conception est une très bonne chose et une très belle réussite"

(pour conclure l'expo, une paire de photos manquantes) années 70 - 2017 : une vieille piscine pleine d'eau - la même 40 ans plus tard

(pour conclure l'expo, une paire de photos manquantes) années 70 - 2017 : une vieille piscine pleine d'eau - la même 40 ans plus tard

quelques aerçus de cet après-midiquelques aerçus de cet après-midi
quelques aerçus de cet après-midiquelques aerçus de cet après-midiquelques aerçus de cet après-midi

quelques aerçus de cet après-midi

Repost 0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 21:02

Cumuls de mandats, longévité, népotisme, trafic d’influences, on en apprend de belles en croisant des infos différentes. La droite aurait dû se méfier d‘un risque d’ivresse après tant de conquêtes dans les Yvelines ! Nous en découvrons peu à peu dans les journaux locaux, qui distillent des infos par petites touches sans vraiment de synthèse ; heureusement il y a aussi Le Canard du mercredi…

Le Canard enchaîné, 30 mars 2016

Le Canard enchaîné, 30 mars 2016

M. Nicolas About a déjà fait une longue « carrière » politique, considérée comme honorable – mais si longue que les jeunes générations ne savent pas qu’il a tout fait, dans tous les mandats (sauf président de SQY, hélas pour lui !). Beaucoup l’ont même cru mort, quand on a vu son nom sur des plaques de rue dans sa ville : en fait c’était juste un hommage anticipé de son zélé successeur maire de Montigny (M. Laugier)…

On a retrouvé M. About il y a 5 ans, lorsque le président du Sénat l’a choisi pour entrer au CSA. Surprise : c'était son domaine de compétence ? Au moins, il connaissait son collègue Gérard Larcher, et leur ami commun Serge Dassault, grand chasseur et châtelain de Coigniéres. Et voilà qui expliquerait des bizarreries actuelles dans l’audio-visuel régional.

Car on a découvert successivement (pour faire vite) : en juin 2015, que notre télé locale, TVfil78, avait de bonnes chances d’entrer - avec Yvelines Première de Saint-Germain-en-Laye - dans le réseau francilien Telif, agréé par le CSA pour faire partie des chaînes de la future TNT HD gratuite. (De quoi réjouir le cœur des Maurepasien-ne-s, si longtemps écartés de la TV de SQY !)

Patatras, le 5 janvier 2016, le CSA remettait en cause sa présélection de l’année passée, en préférant subitement à Telif un autre projet qui avait été écarté à l’époque : celui du Figaro...

Un autre article du Parisien, le 14, donnait alors la parole au groupe de Telif, pour explication scandalisée.

Et pour le fond de l’affaire : Le Figaro, c’est la famille Dassault (un sénateur, Serge, un député, Olivier, spécialiste des médias et grand ami de J-Michel Fourgous, vice-président de SQY). De quoi créer une influence sympathique au sein du CSA, quand M. About a pour ami de longue date M. Michel Laugier, son ancien directeur de cabinet et notre nouveau président de la CA de SQY – qui emploie comme chef de cabinet M. Quentin…. About, fils de son père.

Si peu qu’il reste d’élus de gauche dans notre département, on peut se réjouir que le député Benoît Hamon tire le signal d’alarme : il en a appelé au président du CSA M. Olivier Schrameck (ancien directeur de cabinet de L. Jospin à Matignon), réputé pour sa rigueur.

Espérons qu’un peu de ménage va rétablir les vraies compétences, le bon projet de Franciliennes TV/Telif dans ses droits, pour l'intérêt général, au bénéfice des téléspectateurs franciliens.

à SQY, ça grenouille, et pas que dans l'étang...
à SQY, ça grenouille, et pas que dans l'étang...
à SQY, ça grenouille, et pas que dans l'étang...
à SQY, ça grenouille, et pas que dans l'étang...
à SQY, ça grenouille, et pas que dans l'étang...
Repost 0
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 14:44

"les politiques ne parlent que d'eux-mêmes", dit M. Garestier, maire de Maurepas. Comme c'est bien vrai !... surtout pour dire du mal de ses opposants, sans jamais répondre à leurs demandes : il aurait pourtant tellement à leur dire.

Le maire pourrait par exemple répondre à leurs courriers, à leurs demandes de documents - juste pour se conformer à la loi. Il est bien difficile de commenter l'activité municipale - y compris sur ce blog -, quand elle est cachée, qu'elle n'est pas expliquée. Et puis comment favoriser la représentation de Maurepas droite-gauche dans notre nouvelle agglomération de SQY (Saint-Quentin-en-Yvelines) ? les arguments que donne Grégory Garestier en communication extérieure sont bien pauvres.

Juste la loi, Monsieur le Maire ! sans aller jusqu'à respecter vos engagements d'un mandat municipal, démocratique, incitant élus et habitants à la participation. Mais c'était il y a 2 ans... oublié ! Il ne suffit pas de dire qu'on "incarne le renouveau"...

radio Sensations, plus facile à convaincre que les Maurepasien-ne-s...

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 20:54

Que va-t-il rester de notre ville ? alors que plusieurs générations échangent sur Facebook, heureux de se retrouver avec leurs souvenirs, chacun-e donne de ses nouvelles en cas d'éloignement de Maurepas. De toutes ces informations privées, de ces souvenirs d'années d'école, de collège, de lycée, il ressort progressivement une image commune.

Maurepas a ceci d'original que - il y a seulement 50 ans - on y trouvait des champs, quelques maisons, mais peu d'habitants : entre 250 et 350, depuis des siècles que le village vivotait à l'écart de la route nationale.

Et en 50 ans seulement une vraie ville est née, créée par la volonté d'urbanistes qui lui ont évité le désordre du "mitage" de tant de villes de grande banlieue. Des adultes dans la fleur de l'âge , où qu'ils soient maintenant en Europe ou dans le monde, évoquent avec attendrissement leurs écoles dans tous les quartiers de Maurepas, le club de judo à la MJC, les paysages autour de la Tour...

Surtout  ils évoquent une vraie vie de ville toute jeune, où les parents étaient "pionniers" pour obtenir des moyens de transport vers la gare de La Verrière. Où des mamans emmenaient leurs enfants vers les clubs sportifs, créés et animés par des parents, des professeurs. Où les nouveaux élus - dans la foulée de mai 68 - imaginaient et investissaient, dans l'intérêt général.
Où des animateurs lançaient des activités, une vie associative foisonnante, qui ont mené à la construction de locaux culturels : par exemple la symbolique Maison Pour Tous, aux portes de Maurepas, dans le cadre de SQY.

Des souvenirs reviennent, les mêmes que l'on entend rappeler par les habitant-e-s plus âgé-e-s, en ville, au fil des conversations : en cette saison, c'est surtout le Carnaval des Ténèbres dans les années 80, journées folles qui mettent toujours des étincelles dans les yeux. Toutes ces activités ont d'ailleurs permis, autour du Théâtre de l'Unité & Cie, auprès des B3 - la troupe Black-Blancs-Beurs - à des jeunes de faire une carrière longue et passionnée dans tous les métiers du spectace, artistiques et techniques. Même les gens arrivés depuis ces années vivantes, en ont entendu parler et en sont curieux.

Comment a-t-on pu laisser Maurepas, une fois sortie de l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, se trouver à vivoter comme le village de naguère, perdant toute imagination ?
L'élection d'une équipe municipale nouvelle, vantant sa jeunesse, laissait espérer un sursaut. Que voyons-nous ?

À la veille du 14 juillet, nous apprenons que la Fête nationale sera célébrée dans la ville voisine, par souci d'économie. Le traditionnel défilé jusqu'à la Courance pour le feu d'artifice annuel : fini.  Déjà deux fois la Fête annuelle de la Ville, où des musique se répandaient dans les quartiers, a été rétrécie à un "concert" offert à des associations-chorales agréées. Verrons-nous en 2015 une ré-édition de la pauvre Fête de la famille de l'an dernier ?

Le jeune Maire, qui se vantait comme candidat de ses ambitions de communication, essaie de tout repeindre à neuf :
- ou grande lessive pour cause d'économies (vie associative, colonies de vacances, Le Mulot, la piscine, etc)
- ou remplacements : les journées de Foire au Troc deviennent des Vide-greniers, mais "pour la première fois". Le fameux Cross qui a fait courir tous les Maurepasien-ne-s à travers la ville depuis des décennies ? fini : on doit dire "Les Foulées de Maurepas, 1ère édition".
Et la communication municipale : triste à mourir... Souvent réduite à l'expression du maire, qui oublie seulement de laisser la parole à ses opposants démocratiquement élus.

Alors : vive la Fête nationale, chez nos amis d'Élancourt ! le maire auquel le nôtre doit tant, nous gratifiiera-t-il de sa bonne parole, rappelant ses talents oratoires déployés à Maurepas le 10 janvier ?

des habitants rapportent même que leurs échanges avec les élus sont bloqués sur le twitter municipal...

des habitants rapportent même que leurs échanges avec les élus sont bloqués sur le twitter municipal...

Repost 0
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 09:54
à l'eau, fais-moi peur ! on ferme...

Après d'effrayants tags sur nos murs, c'est l'eau qui nous menacerait... Maurepas est décidément une "petite commune" bien malheureuse, selon son maire.

Cette fois, grands et petits usagers de la piscine ont trouvé porte close ce week-end : M. Garestier venait de décider tout seul que l'établissement était dangereux ; et déclare protéger ses concitoyen-ne-s menacé-e-s. Je ferme, donc je suis... maire.

D'un même élan il a "consulté" les personnels techniques concernés, pris un arrêté municipal de fermeture, l'a fait afficher à la porte close en même temps qu'il faisait distribuer en ville une nouvelle Lettre du Maire pour informer la population. Information ou communication ? allégations trompeuses en tout cas : il prétend avoir la caution de ses oppositions - pourtant dernières informées, quand tout était bouclé. D'ailleurs le papier était déjà imprimé ; un tract de plus aux frais de la commune, quand l'opposition élue - mais sans moyens - devrait pouvoir aussi s'exprimer.

l'arrêté municipal

La Lettre du Maire, d'avril 2015

"la sécurité du public n'est pas négociable !" (GG)

Voilà un sujet grave pour tous les Maurepasien-ne-s, alors que justement ce soir est voté le budget 2015 de la ville. On pourra, à la présentation des chiffres par la majorité, essayer de deviner quel destin attend notre Centre nautique, alors que les comptes du budget primitif flottent curieusement...

Rendez-vous à l'Hôtel de ville, salle du Conseil municipal

ce mardi 14 avril à 19 h 30.

ordre du jour. Conseil du 14 avril 2015

Repost 0
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 19:38

Après le prologue du Paris-Nice et les départementales à peine passées, comment faire parler de Maurepas ? voilà que notre jeune maire fait passer des tests à son nouveau "dircom". Le titulaire du poste, M. Gasteau, nous a quittés brusquement pour être candidat à la mairie de Voisins-le-Bretonneux où il réside. Les municipales de 2014 y ont été annulées par le Conseil d'État, et de nouvelles élections auront lieu les 12 et 19 avril.

C'est donc un nouveau directeur qui va faire ses preuves à Maurepas : il commence par signaler notre "village" qui subirait le vandalisme des "zones rurales" : bien entendu à la mode TF1, la chaîne TV à laquelle on peut faire confiance pour affoler les foules. En pleine période Vigipirate, on voit de paisibles retraités se plaindre de tags sur les (leurs ?) murs. Au moins ont-ils du temps pour faire de la figuration à la télé.

Voilà un maire qui pourra se vanter de tenir ses engagements de campagne ! Basée sur l'insécurité et la peur, elle contenait la promesse que les graffiti seraient effacés gratuitement pour les propriétaires des murs. Le nouveau maire a donc commencé par renforcer d'urgence la police municipale, et maintenant constitué une "brigade anti-graffiti", avec engins techniques adaptés : chez nous, on karchérise !

Pour réaliser ces courageux exploits, M. Garestier a mis les moyens juridiques : les syndics de copropriétés de Maurepas doivent faire voter un article en AG, autorisant le Maire à faire le nettoyage des graffitis dès qu'ils sont constatés, et aux frais de la ville. Les dits co-propriétaires n'ont pas trop vu l'intérêt de la mesure (surtout quand l'immeuble n'a pas de murs pleins en rez-de-chaussée) ; certains se sont même demandé si cette éventuelle petite économie (pour certains) n'allait pas augmenter les dépenses - donc les impôts - pour tout le monde. Mais ils ont voté, n'y voyant pas le mal...

Quant aux propriétaires de pavillon peureux de ce vandalisme, comme ils avaient sûrement voté Garestier, ils vont être contents.
Le prétexte de cette opération ne serait-il pas les nombreux tags qui ont copieusement envahi Maurepas pendant des mois ? eh bien c'est bête : on parie que les sympathisants du PS ne seront même pas reconnaissants...

au fait, a-t-on pincé les coupables ? Plus un seul tag PS VOLEUR depuis un an...

au fait, a-t-on pincé les coupables ? Plus un seul tag PS VOLEUR depuis un an...

Repost 0