Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 21:21

Le nouveau Maire de Maurepas se vante d'avoir consulté la population avant de donner un avis fondé, en réponse au Préfet de la région Île-de-France. Il avait bâti un questionnaire, inclus dans le précédent magazine municipal (novembre) ; il a été présent sur les marchés du début du mois, pour recueillir l'avis des habitant-e-s, en direct.
Quand on a pris l'habitude de faire les marchés avec le sourire, pendant une longue campage électorale, difficile de s'en défaire : paraître un maire convivial, ça donne une meilleure image qu'un conseil municipal qui présenterait publiquement le projet, pour le soumettre au débat ? C'est pourtant ce que les Maurepasiens attendaient.

L'intercommunalité est une question qui traîne chez nous depuis tant d'années !

On l'a vu au dernier conseil municipal du mardi 25 novembre. C'est là que devait se voter le fameux Avis municipal à rendre au Préfet. Et l'on a vu où était le sérieux.
Si la ville de Maurepas se disait d'accord avec la proposition du Préfet, pas de souci : on attendait la suite des décisions. Car il y aura une suite de négociations.
Si une commune rejette le projet, elle doit obligatoirement compléter sa réponse par une proposition alternative précise.

La consultation municipale ayant été conditionnée par l'avis du maire, que l'entrée de Maurepas (et Coignières) supposait l'adhésion à un "mastodonte" de 800 00 habitants : ça donne tout de suite envie... Et bien sûr le mastodonte du Préfet a été unanimement rejeté.

Il fallait donc une suite, une proposition concrète. Mais M. Garestier avait préparé un texte de délibération complètement évasif et vide, reprenant juste l'idée de bassin de vie. Trois groupes d'opposition n'y ont pas vu de mal, chacun avec sa vision: M. Chappat, dans sa détestation financière de SQY, a préféré préciser qu'il nous fallait rester dans la CCE. On peut pourtant s'interroger sur son avenir bien incertain si près de l'ogre de Rambouillet (Communauté de communes Plaines et Forêts d'Yveline).
Puis M. Le Guérinel s'est lancé dans un discours - qu'aucun auditeur présent ne serait capable de résumer. C'est lui qui depuis des années était chargé de nous faire rejoindre la CASQY (dont il était lui-même élu auparavant...) ; et c'est ainsi que Maurepas n'a eu d'autre choix que d'entrer dans la CCE au 1er janvier 2014. Voilà une expérience qui donne de la légitimité !
Enfin, M. Haye s'est distingué en démontrant sa neutralité : il a condamné les partis politiques qui chipotaient sans avancer, droite ou gauche - lui n'étant pas un homme politique. (Aux citoyens de juger ce qu'est un élu...)

On voit donc les différences d'avis entre trois groupes séparés, issus de la même majorité sortante avec trois anciens adjoints au maire G.Mougeot, issus aussi de la même liste du 2nd tour en mars dernier... L'un deux était prêt au compromis, à condition de changer quelques mots dans la délibération : on ne saura jamais quoi, car P. Le Guérinel a tenté de s'accorder avec le maire à l'occasion d'une suspension de séance, mais en vain. (cf. Le précédent compromis, tenté sur le refus de la réforme des rythmes scolaires)

C'était alors au tour du groupe MDS (Maurepas dynamique et solidaire) de donner son avis. Ismaïla Wane a présenté la logique de la position des deux socialistes. Comme tout le monde, un rejet de l'intercommunalité de 700 000 habitants aux portes du Grand Paris.
Mais l'élu a justifié ce rejet en y ajoutant une vraie proposition - que le conseil municipal aurait pu reprendre comme un choix collectif, cohérent avec sa population. I.Wane a bien dit notre motivation pour rejoindre la CASQY. Favorable jusque là à une participation solidaire au sein de la CCE qu'il respecte, il a bien dû admettre que ce n'était pas dans la logique du bassin de vie de Maurepas. Avec cran, il a affirmé sa "fierté de la réussite d'une ville nouvelle de gauche", 40 ans après sa création. Réussite d'urbanisme, d'architecture, d'équipements collectifs, de structures économiques, de recherche, d'éducation et d'université - et dans une perspective logique de rejoindre l'OIN de Saclay, que MM. Mougeot et Chappat avaient malheureusement refusée.
Martine Fayolle a pu alors lire l'avis proposé par le groupe (texte ci-dessous).
Une partie de la salle a semblé protester - on ne sait dans quel sens, mais l'élue est allée au bout de sa lecture.

Bien sûr l'avis de la majorité a été voté par la majorité. Et le Préfet de région qui l'a reçu... n'en fera rien, puisqu'il n'y a pas de proposition alternative à son projet du 28 août.

Pour sourire un peu, on retiendra néanmoins deux interventions au cours de ce Conseil.
L'actuel adjoint aux finances a tancé son prédécesseur sur l'endettement qu'il dénonçait à la CASQY, montrant comme cette obsession répétée n'était pourtant pas un risque pour les communes qui vont la rejoindre. Il s'agit bien sûr d'un endettement pour des investissements d'avenir.
Puis c'est le doyen de la majorité qui a pris la parole, non-UMP mais de la société civile (puisqu'il a été un chef d'entreprise respecté, en particulier dans les Yvelines). En quelques mots vigoureux il a salué la déclaration d'I. Wane, mais surtout la réussite de Saint-Quentin-en-Yvelines. Inattendu, mais plaisant à entendre.

On a eu l'occasion de revoir ces points de vues dans les tribunes des groupes de Maurepas magazine, distribué dans nos boîtes ces jours-ci.

--------

Maurepas au cœur d'intercommunalités
Repost 0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 08:22
Maurepas dans les Étangs

Plusieurs changements à Maurepas depuis quelques mois, dont les habitants n'ont pas forcément conscience. Au niveau municipal bien sûr, ils savent avoir élu une nouvelle équipe, toute UMP, dirigée par Grégory Garestier ; cette nouvelle municipalité doit être en train de prendre les mesures de sa charge pour 6 ans, lourde charge. Attendons un peu pour en juger. Peu d'infos en ce moment : les panneaux électroniques sont désespérément vides depuis plus d'un mois...

Pendant ce temps, nos élu-e-s ont commencé de participer à une vie extérieure : l'intercommunalité. Après des années lamentables pendant lesquelles l'immobilisme et l'incertitude ont fait rage, sur fond de débats et promesses contradictoires (voir "interco" en recherche sur ce blog), le sort en a été jeté, grâce à l'État qui a dû trancher : notre sort est lié à la Communauté de communes des Étangs (avec Le Perray-en-Yvelines, Les Essarts-le-Roi, Les Bréviaires). En date du 1er janvier 2014, ce qui a permis aux élus de la majorité précédente de M. Mougeot de participer à des réunions, sans rendre compte aux Maurepasiens : les 14 et 27 janvier, sous la présidence de Jacques Bouchet, alors maire PS des Essarts. On attend aussi le compte rendu d'une réunion annoncée en février - mais des majorités ont changé depuis, et même à la CCE, les infos trainent.


Une décision intéressante était la composition d'une commission essentielle la CLECT - Commission Locale d’Evaluation des Charges Transférées. Sur les 10 membres déjà désignés en janvier la parité ne régnait pas : Paulette Deschamps était la seule femme / 10 membres. (Heureusement, elle a été réélue maire du Perray...)
Maintenant, il nous reste beaucoup à découvrir et nous attendons la suite : beaucoup reste "à venir". Nous avons hâte de savoir.

Voilà le foctionnement virtuel d'une intercommunalité - que connaissent la majorité des Français depuis des années. À Maurepas et Coignières, depuis notre sortiie de SQY, 30 ans d'isolement et d'oubli. Rattrappons le temps perdu.

Repost 0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 11:50

Un ancien président de la République attire l'attention de tout le pays sur son triste sort. Mais il semble oublier que l'actualité de ce week-end est plutôt un exercice démocratique auquel sont appelés les citoyennes et citoyens de toutes les communes de la République.

Oublierait-il les électeurs de son parti, qui ont le droit de se faire entendre, pour cs dernières heures de campagne ?

Car ce scrutin est particulièrement important.

Ce sont les premières élections communautaires : nous voterons tous au suffrage direct pour désigner les délégué-e-s à notre CCE (Communauté d ecommunes des Étangs), où nous venons juste d'entrer.
La transparence de cette désignation est nouvelle, alors que nous avons déjà des délégués, sans compte rendu ni information sur le site municipal (à part une photo peu parlante). Mais la liste Notre ambition pour Maurepas a déjà pris contact avec nos ami-e-s élu-e-s de la CCE aux Essarts-le-Roi et au Perray-en-Yvelines.

Mais nous avons aussi des perspectives de coopération – indispensable - avec la CASQY, enfin, comme est venu le confirmer à Maurepas son président Robert Cadalbert, lors de la réunion publique du 17 mars.

Ces élections appliquent aussi la parité pour la première fois dans des petites communes (1000 habitants et plus) : cela vaudra plus de femmes dans les intercommunalités (souvent majoritairement masculines jusqu’à aujourd’hui), mais aussi parmi les élu-e-s qui voteront en septembre pour le renouvellement du Sénat. Si cela pouvait inciter les partis à présenter plus de candidatEs, pour qu’il y ait plus de sénatrices !

L'enjeu des 23 et 30 mars est donc encore plus original que les précédentes élections municipales. Et pour une ville qui souhaitait tellement sortir de son isolement regrettable, c'est vraiment l'occasion de le confirmer.

Par notre vote de gauche, pour dire "notre ambition pour Maurepas" dans un scrutin serré, alors qu'il sera difficile d'émerger parmi sept listes !

Et puisque ce blog n'éditera plus un mot sur la campagne à partir de ce soir à minuit.... rendez-vous à dimanche (après le dépouillement).

---

ne nous laissons pas voler une campagne citoyenne
Repost 0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 01:00
réunion publique de Notre ambition pour Maurepas
Ce lundi, la liste conduite par Ismaïla Wane conclut sa suite de réunions publiques par une invitation à la mairie de Maurepas : citoyennes et citoyens de la ville, à quelques jours du premier tour des élections, seront accueillis par l'équipe de Notre ambition pour Maurepas.

On pourra interroger les candidat-e-s et entendre le soutien des élu-e-s et responsables de partis de gauche : pour le PCF, Julien Iborra, Secrétaire départemental des Yvelines, et pour le PS son homologue Sandrine Grandgambe (également conseillère régionale).

Nous rencontrerons aussi la seule sénatrice socialiste de notre département, Catherine Tasca. Et la présence de Robert Cadalbert aura une force symbolique : le président de la CASQY tient ainsi à cautionner la volonté partagée d'accéder un jour à l'intercommunalité la plus évidente pour Maurepas.

En effet, l'intégration à la CCE (Communauté de communes des Étangs) est admise comme un fait concret. Les élections des 23 et 30 mars sont à la fois municipales et communautaires : pour la première fois nous allons élire directement des délégué-e-s qui siégeront aux côtés de leurs collègues des Essarts-le-roi, du Perray-en-Yvelines et des Bréviaires.
Mais aussi, comme les habitant-e-s l'ont exprimé dans toutes les rencontres de cette campagne, le cadre de vie quotidienne est plus souvent celui de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui semble un objectif à plus long terme. Le manque de cohérence de ces dernières années a conduit notre ville à la situation actuelle, alors que les adjoints de la majorité sortante mènent aujourd'hui des listes sur des lignes un peu contradictoires...
Le 1er adjoint de 2008 (alors MoDem auprès d'un maire DVG) avait pour attribution spéciale de conclure l'entrée de Maurepas dans la CASQY : en 2014 on peut juger de son bilan alors que, passé à l'UDI et dans l'opposition il y a seulement quelques mois, M. Le Guérinel n'ose même plus en parler... Des troubles de mémoire, peut-être ?

Le plus récent 1er adjoint, qui lui a succédé, est plus logique avec lui-même :M. Chappat ayant entretenu des relations exécrables avec tous les élus socialistes des environs, refuse l'idée même d'un retour vers Saint-Quentin et promet de s'accommoder mieux du nouveau cadre intercommunal. Mais alors, comment peut-il se prétendre le successeur naturel du maire sortant, M. Mougeot qui déplore l'échec de ses démarches vers la CASQY ? Comprenne qui pourra...

Cette soirée sera donc l'occasion de rappeler l'importance de ce premier vote intercommunal, qui scelle de nouvelles solidarités avec les communes voisines : des compétences de la commune vont être partagées avec les communes des Étangs - recettes et dépenses ; et le projet de solidarité de la liste de gauche de Maurepas sera porté à plusieurs communes (pera se faire aussi tite enfance, développement économique par exemple).
Tandis qu'une entente devra s'instaurer encore plus largement sur les transports, la CCE at la CASQY étant riveraines de la RN 10 et de la même ligne SNCF.


Voilà de riches sujets de débat, d'où l'environnement ne peut être absent.

_______

Repost 0