Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 09:43

Voilà qu'approche le premier tour des élections départementales, ce dimanche 22 mars.
Se posent quelques questions pratiques, auxquelles il est facile de répondre.

C'est à voir la fréquentation de ce modeste blog que la principale question apparaît. Autant la formuler clairement : comment voter en cas d'absence ou d'empêchement au 1er, au 2ème, aux deux tours du scrutin ? Éliminons tout de suite le vote par correspondance, qui n'existe plus dans les votes publics républicains. Reste le vote par procuration. Vote qui se prépare, et la fin de cette semaine est sans doute le meilleur délai.

Comment vote-t-on par procuration ? On commence d'abord par choisir une personne de confiance, parmi ses amis-e-s inscrit-e-s dans la même commune, pas forcément le même bureau de vote ; on s'assure qu'elle sera présente et pourra voter au jour dit ; et qu'elle est décidée à voter comme vous le souhaitez (et aussi convaincue que vous, pour plus de certitude).

Bien sûr les règles officielles sont tout à fait accessibles sur des sites officiels, bien connus.

Mais notre blog DAME se sent tout fiérot de servir de référence. Au moment d'écrire cet article pratique aujourd'hui, inutile de perdre de temps : il est déjà rédigé, et abondamment consulté par toutes celles et ceux qui recherchaient ces renseignements. Vous pouvez le retrouver , avec tous les détails ; courez-y !

Ajoutons-y des remerciements aux organismes officiels qui ont mis leurs sites à jour ; de sorte que tous les liens inscrits dans notre article sont valables sans modification 3 ans plus tard !

les documents à utiliser

les documents à utiliser

Sans attendre la dernière minute - et sans risquer des retards dans les courriers - le plus simple est d'aller très vite au commissariat pour cette simple formalité. C'est la certitude de pouvoir remplir son droit, son devoir citoyen.

Dans la période actuelle, ce rôle des citoyens responsables est essentiel : pour une meilleure démocratie, vous pouvez également convaincre vos entourages (en famille, au travail, dans votre quartier) de ne pas oublier de voter ! L'abstention est un moyen de fausser la représentation des électeurs-électrices par pourcentage : 50 % d'abstention, c'est une division par 2 des résutats pour chaque parti.
Voter est sans doute la meilleure façon d'affirmer la volonté des électeurs, de démentir des "résultats" prophétiques annoncés par des sondages.

Quant au choix politique, c'est vous qui le faites ; et vous pouvez même nous lire... À bientôt !

 

Repost 0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 22:44
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.
Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.

Maurepas mis en valeur par le Conseil général, en préambule de la course Paris-Nice, mais nous ne sommes pas à Nice. Pas non plus en train de célébrer la Journée des femmes... Mais les Maurepasien-ne-s étaient là, tout au long du parcours ensoleillé.

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 22:27

La révolution démocratique, nous l'avons vue, est dans l'imagination : voilà qu'elle permet aux femmes d'arriver plus nombreuses dans les Conseils départementaux. Les Conseils généraux ont fait leur temps, où nous avons vu si peu d'élues : 15 % une honte pour la France, un pourcentage qui ne pouvait augmenter avec ce vote de notables, coupés du monde de tous les jours.
Les Yvelines nous ont habitués à ces hommes de pouvoir, qui en imposaient par leur présence dans les inaugurations, pour couper solennellement des rubans dérisoires... Regroupés entre eux dans l'exécutif du Conseil (la Commission permanente), ils étaient un président et 10 vice-présidents, tous mâles !

Quelques femmes conseillères, souvent candidates choisies dans l'entourage des hommes politiques ; celles qui mènent une vie ordinaire, entre travail et famille, n'arrivaient pas à se faire élire. C'est pourtant le monde qu'elles représentent qui subit le plus les inégalités de ce département : pas assez de logements, trop chers, frein aux aides sociales que la droite des Yvelines (4e département de France en richesses) ne juge pas nécessaires.

Inutile de décrire ici le fossé entre les grandes fortunes qui y résident, et les zones d'emplois sinistrés. Le Conseil général ne juge pas utile d'y porter remède : il suffit d'écouter son vice-président VandeWalle dans le débat entre candidats du canton de Maurepas. Tout est dit, sur un ton versaillais, bien "convenable". Leur grand jeu dans le bilan de ces dernières années, a été de faire tourner le siège du président, fauteuil passé de Pierre Bédier (condamné) à Alain Schmitz, qui le lui a rendu en espérant devenir sénateur...

En face, un élu d'opposition socialiste, sortant avec un bilan de 7 ans - ce qui lui permet de faire un constat : c'est un groupe de gauche, face à la majorité, qui a poussé à quelques changements. Et, encore jeune, Ismaïla Wane, sait bien maintenant ce que pourraient faire des élus de gauche. On peut espérer qu'il sera réélu pour continuer au moins un mandat supplémentaire.
Il aura un atout de plus : la découverte qu'il a faite seul de son canton, dans son département, cette découverte sera plus efficacement prolongée par une action. Désormais le canton de Maurepas aura deux élu-e-s : une et un ; de quoi connaître à deux la population et le terrain, de quoi réfléchir à deux aux solutions, de quoi peser à deux dans le débat face à la droite. L'expérience municipale et communautaire de Christine Mercier à Magny-les-Hameaux (dans la CASQY) en fait la candidate idéale.

Dans cette video, le débat politique est intéressant. Mais nous découvrons aussi la réalité de ce qui sert d'épouvantail dans les médias : la candidate du Front national dans notre canton. À faire découvrir autour de soi : ça vaut la peine !

Alors, la vraie révolution démocratique que le gouvernement PS a apportée, donnons à la gauche les élu-e-s qui sauront la faire vivre au quotidien : élisons deux socialistes pour le canton de Maurepas

Après un débat intéressant sur ce qu'apportera la nouvelle parité, la candidate FN est invitée à parler. Aie... Quant à son programme, on frôle le pathétique !

Ce premier débat est une entrée en matière, et la campagne ne fait que commencer. Posez vos questions, interpelez, pour pouvoir voter !

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:22

Comment ne pas se réjouir de ce rassemblement de candidats d'un nouveau genre ?
pour la première fois dans les départements, à la différence des écrans TV et photos politiques habituelles, on voit ensemble des femmes et des hommes !

des départementales pour la démocratie

Quant à ceux qui prétendent que cette gauche ne change rien... montrez-leur solennellement que c'est faux. C'est le Président socialiste qui a voulu la parité entre femmes et hommes, l'égalité réelle, une modernisation de la vie politique, grâce à un mode de scrutin original.

Dites autour de vous que c'est un vrai changement, pas une hypothèse .
Dites que ce n'est pas la droite qui l'a fait.
Dites que de nouveaux élu-e-s nous représenteront mieux, nous la société diverse des citoyen-ne-s.

Comprenez que, pour une première élection, il a parfois été difficile de trouver des femmes volontaires pour cette bataille qu'on pressent rude pour la gauche ; mais qu'il faut les encourager dans cette première étape vers le renouvellement.

Elles n'étaient que 6 femmes élues dans les Yvelines, à côté de 33 hommes conseillers généraux sortants. Elles seront 21 - ils seront 21 !

Regardez les affiches de la campagne : ça se voit !

Et... courage les filles !

des départementales pour la démocratie
Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 14:34
conférence de presse de présentation des candidat-e-s

conférence de presse de présentation des candidat-e-s

Repost 0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 20:11

Le président Bédier ambitionne que le nouveau Conseil départemental voie l'élection de 42 élu-e-s UMP le 29 mars, sur les 42 conseillers départementaux. des 21nouveaux cantons. Ben voyons ! c'est ça la République ? pas d'opposition démocratique ?
Espérons que les électrices et électeurs auront un peu plus de bon sens. En attendant, le Parti Socialiste présente ses candidates et candidats, qui ont le courage d'affronter des adversaires de droite si gourmands.


http://www.tvfil78.com/departementales-2015-le-ps-presente-ses-premiers-candidats/97659/

Repost 0
Published by henriette
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 20:59

déclaration d'Ismaïla Wane

Ces derniers jours la France à été violement attaquée. Une attaque terroriste sans précédent. Des hommes et des femmes innocents sont morts. Ceux qui ont commis cet acte ignoble, barbare, ont voulu nous signifier que notre devise de liberté ne leur convenait pas.

Nous, Français et habitants de ce pays, nous sommes levés ensemble pour dire, pour crier que l'impertinence et la liberté de critiquer font partie de l'ADN français ; elles sont le garant de notre démocratie et ne peuvent être tuées.

Qu'ils sachent, eux et leurs soutiens, que nous n'avons pas peur. Et que nous sommes fiers de notre beau pays où, avant nous, des hommes et des femmes se sont battus pour un haut idéal : l’idéal d'une société libre, démocratique, dans laquelle toutes et tous vivraient en harmonie et à égalité.

Fiers de notre beau pays où chacun peut librement s'exprimer.

Fiers de notre beau pays où, lorsque l'on se sent en désaccord avec un geste, une parole, on peut le dire en toute tranquillité. Sans craindre pour sa vie ; avec même avec le bénéfice d'une justice libre et non partisane.

Fiers de notre beau pays, où peuvent se côtoyer - comme ici à Maurepas et ses alentours - une église, une synagogue, une mosquée.

Fiers de notre beau pays, où peut se retrouver la libre expression de chacun, sans heurts, sans violences, sans haines.

Fiers de notre beau pays où peuvent se rassembler, autour des valeurs de la République, des Français au-delà de leur couleur de peau, de leur religion, de leur origine sociale.

Ce modèle français de liberté nous en sommes fiers. Et lorsque nous sortons ou regardons hors de France, et que nous voyons les oppressions, les dictatures, les tortures, le sort fait aux femmes, nous reconnaissons cette chance de vivre en France ou d'être né dans ce pays. Plus que jamais nous sommes et serons les défenseurs de ce qui nous à été légué.

Si cet acte ignoble était de nature à nous faire vaciller, eh bien cela est raté. Nous exprimons plus fort que jamais notre attachement à notre modèle de vie.

Cher-e-s Ami-e-s, Mesdames Messieurs, aujourd'hui nous avons une grande responsabilité :

la réponse à la haine, la réponse à la barbarie, la réponse à la division, ce ne doit pas être la haine, la barbarie ni la division, mais l'unité, le rassemblement . Nous sommes déjà unis aujourd’hui, mais soyons vigilants à le rester. Car un but caché de cet acte terroriste est justement de semer le doute et le trouble, parmi nous, et entre nous. Tant que nous serons unis, ils auront perdu et échoué.

La réponse est aussi la solidarité entre nous pour nous soutenir mutuellement, faire bloc, et dépasser ce qui pourrait nous diviser ou nous différencier. Car ce qui nous rassemble - la République, la France - est bien plus grand que ce qui pourrait nous séparer.

La réponse est aussi dans plus de hauteur, de réflexion et d'intelligence pour ne pas tomber dans les raccourcis futurs que l'on pourrait entendre.

Madame, Messieurs, notre unité, notre solidarité, notre réflexion c'est que qu'attendent les victimes de cet attentat. Ces morts pour la France. Soyons donc forts et dignes. Ce qu'ils attendent de nous c'est aussi de ne pas avoir peur, et d'aller manifester massivement demain. Je tiens à rendre hommage aux victimes, morts pour la France.

Je termine mon message. A travers le temps, la France a délivré au monde des messages de liberté et d'égalité. En ce sens la France est le creuset de l'universalité. Il y a un homme qui a aussi par son combat adressé des messages d'universalité, s'il n'est pas Français cela rend Français ou du moins dans l'esprit français. Je tiens à vous lire deux citations de cet homme et je suis sûr que vous trouverez de qui il s'agit.

Première citation : J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.

Deuxième citation : La bonté de l'homme est une flamme qu'on peut cacher, mais qu'on ne peut jamais éteindre. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et de l'étroitesse de l'esprit. Je ne suis pas vraiment libre, si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté ; tout comme je ne suis pas libre si l'on me prive de ma liberté. L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité.
de Nelson Mandela

Vive la République, vive la France !

les élu-e-s rassemblé-e-s, face au rassemblement réublicain, samedi 10 janvier

les élu-e-s rassemblé-e-s, face au rassemblement réublicain, samedi 10 janvier

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 10:27

Les plus grands rassemblements dans Paris venaient généralement d'événements heureux - organisés ou spontanés. On parle de la Libération en 1944, mais on a déjà oublié ces fêtes que furent le bicentenaire de la Révolution en 1989, ou les Champs-Élysées en moisson (1990). On ne faisait pas de compèt sur le nombre des foules rassemblées, sinon pour le succès de la fête. L'élan qui a rassemblé autour du bus (yvelinois) de l'équipe de foot black-blanc-beur en 1998 reste aussi un souvenir de référence.

deuil en "fête"
deuil en "fête"
deuil en "fête"
deuil en "fête"

Ce 11 janvier a été tout autre. Les millions de personnes, qu'on a du mal à évaluer aujourd'hui, s'étaient spontanément déplacées. C'est à la fois le deuil qui les motivait, après 17 morts dans la capitae, en 3 jours : mais aussi une volonté commune d'être ensemble, un refus partagé de voir attaquer la République, la liberté d'expresseion, les libertés tout court.

Bien sûr les images de Cabu, Wolinski et tous leurs camarades font partie de la culture de plusieurs générations - mais sans pourtant que leurs idées emportent l'adhésion générale. (Ah ces machos !) ; mais c'est la liberté de leurs crayons qu'onest allé proclamer partout.
Question de principe encore, l'exécution insupportable de citoyens au service du public à Montrouge. Question de principe toujours, les otages victimes à la porte de Vincennes parce qu'elles étaient juives.
Malgré tous les discours "déclinistes", pessimistes entendus depuis des mois, c'est tout le peuple qui est parti ces derniers jours, répétant sa volonté de "vivre ensemble", chacun se prétendant symboliquement "Charlie".

Les trains étaient pleins, au départ de nos gares ! et les groupes partis ensemble, les familles, se sont souvent dispersées dans la foule... Difficile de communiquer, d'envoyer des photos, car les réseaux aussi étaient embouteillés.

Comment ne pas souligner que cette volonté commune d'être ensemble relevait de la bravitude. Tout le monde était conscient des risques dans cette période, dans cette foule. Mais toutes et tous sont partis quand même. Toutes et tous confortés par le soutien mondial qu'a représenté la venue de chefs d'États, par la confiance qu'ils ont faite à notre Président, à notre gouvernement, à la France, pour limiter les risques.

Une fois de plus nous avons la preuve que ce n'est pas la peur, l'insécurité qui gouvernent les citoyens de ce pays. Toutes les précautions possibles ont été prises, et on peut remercier tous ceux qui y ont contribué.
Mais toute vie citoyenne n'a pas été ANNULÉE ; car les citoyen-ne-s ne l'ont pas voulu.
Vive la République !
et continuons à vivre ensemble... Ce n'est pas si simple.

merci Dominique, Stéphany, Anna !
merci Dominique, Stéphany, Anna !
merci Dominique, Stéphany, Anna !

merci Dominique, Stéphany, Anna !

http://tvanouvelles.ca/video/3982848523001/60-dirigeants-a-la-laquomarche-republicaineraquo-explications-12h/

Repost 0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 10:52
unité nationale nous sommes Charlie à Maurepas
unité nationale nous sommes Charlie à Maurepas

comment participer au deuil national dans notre ville ?

Les panneaux municipaux souhaitant une bonne année 2015 sont maintenant corrigés d'un bandeau : annulation de la cérémonie des vœux, prévue demain vendredi à 19h. Guettons les panneaux électroniques qui pourraient l'annoncer plus largement d'ici demain.

Comme dans toutes les administrations publiques, le personnel municipal a participé à une minute de silence dans la mairie, ce jeudi à midi.

Il est triste que le site municipal soit justement en maintenance ; il rouvrira demain vendredi... à 19 heures aussi. Il est dommage que seule la sécurité soit invoquée, alors que dans toutes les villes de France, les habitants ont bravé la peur pour se rassembler sur des places, dans la rue. Juste réunis ensemble, quelques minutes, pour montrer l'unité du peuple de France contre la barbarie.

Rien n'empêche les Maurepasiennes et Maurepasiens - de toutes opinions - de venir dire "nous sommes Charlie" pour les 12 morts et les victimes blessées de Charlie Hebdo. L'écho de cette blessure à la République se répand dans le monde entier. Pourquoi pas chez nous ?

Et si tous ceux qui le peuvent se réunissaient sur le parvis devant la mairie de Maurepas à l'heure de la cérémonie annulée, à 19 h demain vendredi 10 janvier ? Sans étiquette, ni slogans bien sûr. Juste par respect, pour la République que nous voulons soutenir, pour la Liberté, toutes les libertés.
En espérant que tous les courants de pensée se mobiliseront. Question de principes.

Échangeons d'ici là dans la ville pour être le plus nombreux possible.

unité nationale nous sommes Charlie à Maurepas
unité nationale nous sommes Charlie à Maurepas
Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 20:59
en deuil, mais même pas peur
Repost 0