Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 21:47

Nous sommes dans une période neuve, d'avant des primaires pour la prochaine élection présidentielle, dans presque un an.

Avant que toutes les candidatures ne soient officielles, dans un peu plus d'un mois, jetons un coup d'œil en arrière. Il s'agit d'une video qui a été peu vue, d'une époque où personne ne savait encore qui représenterait la gauche face à Sarkozy en 2007.

 

 

Si Ségolène Royal a mûri depuis, avec une expérience - unique - acquise sur le terrain, rien ne permet de dire qu'elle ne pouvait gegner à l'époque. Sa forte avancée alors dans les sondages ne peut être considérée comme artificielle : elle faisait déjà ses preuves, on peut le dire.

C'était en 2006.

----------

Repost 0
Published by henriette - dans Ségolène
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 09:50

Les primaires de désignation à la présidentielle de 2012 se rapprochent : les candidat-e-s de gauche pourront se déclarer dans moins d'un mois, le 28, et jusqu'au 23 juillet (pour un vote à deux tours les 9 et 16 octobre).

 

C'est la première fois en France qu'une telle procédure permettra aux électeurs de toute la gauche le choix essentiel : avant le vote officiel et général de tous les citoyen-ne-s, celui d'un-e candidat-e dont les chances seront renforcées. L'idéal aurait été - mais peut l'être encore - que participent à ce scrutin tou-te-s les candidats de gauche. L'organisation matérielle du vote est si importante qu'elle le justifierait d'ailleurs bien...

Mais le plus important est là : sous la seule réserve d'un soutien aux valeurs de gauche, tous les électeurs-électrices pourront venir voter.

 

L'information de tous est donc essentielle. La campagne électorale officielle ne pourra s'ouvrir que lorsque les candidat-e-s seront officiellement inscrit-e-s, donc connu-e-s. Pas avant la mi-juillet.

 

Mais ceux et celle(s) qui se sont déjà lancé-e-s, parcourent la France pour se présenter dns des réunions auxquelles les médias font écho - relayant l'information quand elle est intéressante. Et ...selon la bonne volonté des dits médias...

Une chaîne ou un titre de la presse écrite ne suffit pas à donner une orientation : on peut voir que dans une même rédaction des éditorialistes ou journalistes ont des tendances différentes - et pourquoi pas ? Tout est affaire d'analyse, de cohérence de pensée, et un peu aussi de bonne foi...

Des "journalistes" sont-ils de bonne foi, font-ils leur métier, quand ils ne s'appuient seulement sur les résultats de sondages ? (il faudrait demander aussi aux sondeurs s'ils font bien leur travail dans les règles professionnelles)  Autant se mettre devant les ascenseurs d'une tour, pour noter les nombres de mouvements de montées et descentes dans chaque cage !

sondages-buzz.png

On reconnaît donc ceux qui vont réellement écouter, ceux qui lisent les déclarations des candidats, qui analysent les propositions, qui entendent les publics de ces réunions à travers la France.

 

Dans cette période "à blanc" où rien n'est encore officiel, on peut sans doute accepter un certain manque d'objectivité.

On supporte même presque aussi que le futur hypothétique candidat de l'UMP fasse - depuis des semaines - de nombreux petits voyages (moyens et avions de la République à la clé) pour distribuer promesses et largesses à tous les électeurs potentiels.

Justement aujourd'hui, comme Président de la République, il va en région Poitou-Charentes : il paraît qu'il va arroser de millions d'euros ces terres desséchées. Ce n'est même pas le ministre de l'agriculture qui l'annoncerait : il faut un événement qui montre l'immense intérêt que porte à cette Région le futur candidat.

Quant à la présidente de ce Conseil régional, contrairement à tous les usages de la République, elle n'avait même pas été conviée, même pour la photo...  La muflerie politique n'a pas atteint le point où on lui aurait refusé l'accès quand elle s'est manifestée. Ségolène Royal pourrait donc bien être sur les photos aujourd'hui.

 

Parlant des médias et de cette candidate, Le Nouvel Observateur s'est distingué pendant des mois dans une campagne pour un candidat virtuel, censé écraser toute la gauche tant il irradiait dans le monde financier. Dossiers, pages entières, petits bruits, confidentiels, témoignages, sondages, articles répétitifs sur ses collaborateurs amis et soutiens, DSK était bien là comme quasiment Élu déjà l'an prochain. On a vu la suite, malheureuse (pour tout le monde).

Le Nouvel Obs a-t-il retenu la leçon ? que non ! Dès le lundi un nouveau sauveur lui était apparu : le bon François Hollande. Bon, pourquoi pas ? même si vite.

Mais la technique éditoriale est double : on met au pinacle son candidat préféré (et il fallait d'urgence boucher un trou) ; dans le même temps on ridiculise les rivaux - pas forcément tous d'ailleurs, mais au moins une.

Avec Courage, Le N.O. a commencé de distiller un poison qui se veut mortel : de semaine en semaine, d'article en article, un "journaliste" parsème ses articles de sous-entendus, d'images, d'expressions ricanantes ou méprisantes. À la longue (comme certains l'avaient initié enb 2006), il en restera bien quelquechose dans l'opinion...

Un exemple cette semaine dans le style Meetic : "Au Parti socialiste, le "speed dating" continue", Pour l’amour, on verra ensuite", " On comprend que pour le Che, Ségolène est une Marianne. Figure sacrée avec laquelle il convient de garder une distance", "La claque de Désirs d’avenir", " la maire de l’arrondissement et fidèle apôtre du ségolénisme... En parfaite maîtresse de maison", et tout est de la même encre.

Cela s'appelle un des "carnets de campagne" de ce Sylvain Courage. C'est courageux aussi, pour un hebdo de gauche, d'engager un provocateur de droite.

 

----

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 13:24

Jean-Louis Bianco à l'éternelle silhouette de jeune homme, a pourtant une déjà longue expérience politique, à un très haut niveau. Il a fait partie, il y a 30 ans juste, de ceux à qui le nouveau Président de gauche François Mitterrand, a confié de lourdes responsabilités : tout jeune, il est devenu Secrétaire général de l'Élysée (que la gauche découvrait), où il est resté 9 ans. Il a été aussi deux fois ministre ; actuellement il est député et président du Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence.

Fidèle à Mitterrand, c'est à l'Élysée qu'il a vu les débuts d'une jeune conseillère du Président de la République, Ségolène Royal. Ayant apprécié ses qualités politiques, il a soutenu et - toujours fidèle - soutient encore la candidate.

On trouve sa dernière interview sur le site de  l'Internaute.

J-L.Bianco-Houilles-1.11à Houilles en janvier 2011

Ici, c'est à nous tou-te-s qu'il s'adresse :

ouvrir-guil-copie-1.jpg

Cher-e-s ami-e-s,

 

Dans le cadre des primaires, j'appelle depuis de nombreux mois au débat et à la précision, par chaque candidat(e), de sa vision et de ses propositions phares.

Le dépôt officiel des candidatures se déroulera du 28 juin au 13 juillet mais nous devons faire vivre dès aujourd'hui ce débat d'idées. C'est l'occasion pour nous tous de montrer en quoi notre candidate socialiste à l'élection présidentielle de 2007 est la meilleure pour porter nos valeurs et faire gagner la gauche, et au-delà la France, en 2012.

 

Ségolène Royal est une femme d’État. Elle sait mieux que quiconque s'élever au-dessus des divisions partisanes pour rechercher le seul bien commun. Elle l'a montré à de nombreuses reprises, en particulier sur le sujet de la taxe carbone ou de la sécurité.


Ségolène Royal reste sereine et rassembleuse. À l'inverse de l'actuel chef de l'État, elle sait rester imperturbable même dans les pires situations. On l'a vue remobiliser les 17 millions de Français qui ont voté pour elle au soir du second tour de l'élection présidentielle, pour immédiatement mettre en place l'opposition au pouvoir sarkozyste ; on l'a vue appeler les militants au travail au lendemain du congrès de Reims pour garantir l'unité du PS.

 

Ségolène Royal est solide. Face à l'insupportable "ségobashing" et aux attaques innombrables dont elle a été victime, souvent d'une brutalité irrationnelle, elle est restée elle-même, n'a jamais abandonné ses combats politiques et n'a jamais porté de critiques déplacées envers quiconque.

 

Ségolène Royal fait la politique par la preuve et travaille sans cesse pour répondre toujours mieux aux attentes des Français. Ses actions en Région, souvent reprises ailleurs, illustrent tout ce qui pourrait être fait au niveau national sur : l'emploi des jeunes, le soutien aux TPE/PME, la croissance verte, le développement de la filière bio, la jeunesse, l'aide aux formations professionnelles, le soutien aux logements sociaux, la lutte contre toutes les discriminations, la santé, la démocratie participative, etc.

 

Ségolène Royal est constante et ne varie pas dans ses engagements. L'écologie n'est pas pour elle un sujet nouveau. Lorsqu'elle est ministre en 1992 et 1993, elle s'attache déjà aux questions de la pollution, du traitement et du recyclage des déchets, des nuisances visuelles et sonores et aux problèmes liés à l'eau, et fait voter des lois qui font date.

 

Pour toutes ces raisons et pour beaucoup d'autres, nous devons porter sur tout le territoire la candidature de Ségolène Royal.

 

Mes cher-e-s ami-e-s, recevez mes sincères amitiés,

Jean-Louis Bianco

 

-------

Repost 0
Published by henriette - dans pour la gauche
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 09:33

New-York a un lien d'actualité avec le PS : les petites chaises des bistros lyonnais y exposent leurs couleurs au soleil. De Times square à "Solférino", elles rappellent que c'est une création française d'il y a 120 ans, symbolique des parcs parisiens, que les touristes américains retrouvent une fois rentrés at home :

 

chaises NY Solfé

Mais si le soleil inondait tout Paris, c'est dans le 13e arrondisssement que s'est tenue ce samedi 28 mai à 14 heures la dernière convention du Parti socialiste sur son Projet 2012.

Tous les éléments de langage étaient bien là : changement, rassemblement, unité, jeunes. Convention parfaite, halle (Freyssinet) pleine, orateurs par motions, vote unanime, Première Secrétaire satisfaite d'avoir accompli son devoir - à 17 h pile tout était conclu et l'on regagnait ses régions.

Salut à tous les camarades - en particulier à Annick, Philippe, Claire, et à Christian dont le car sera rentré à bon port à Lille, on espère  - pour une pause bien méritée ce dimanche.

Freyssinet-28.5.11

 

Le message essentiel est retenu par les journalistes, qui le guettaient dans la déclaration finale de Martine Aubry :

"je prendrai mes responsabilités avec une seule volonté, à la fois ambitieuse et simple, qui m’anime depuis trois ans : qu’une candidature issue de nos rangs, porteuse de l’espoir attendu, puisse accéder l’année prochaine à la présidence de la République".

Chacun-e y reconnaîtra la sienne... Bientôt le dépôt officiel des candidatures pour les primaires et ...au vote des citoyens !

----------

Repost 0
Published by henriette - dans dans le monde
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 10:16

Les Yvelines, dans leur Sud, possèdent un  trésor du patrimoine - historique, certes, et ce n'est pas le seul du département.

Mais la Bergerie nationale de Rambouillet est un patrimoine historique, et reflète aussi une diversité originale qui n'a pas cessé de se renouveler juqu'à ces dernières années.

 

Bergerie nat

C'est cela qu'une bureaucratie imbécile a décidé de démanteler, dans le silence et l'ombre d'administrations sourdes et aveugles : il a fallu la formation d'un collectif des personnels pour que le public en ait connaissance : c'est à dire nous, les citoyens, électeurs, contribuables, soucieux de démocratie participative.

 

Le public c'est aussi 100 000 personnes qui viennent chaque année visiter ce site aussi bien harmonieux que pédagogique. Autant de gens qui découvrent cet emblème de la culture dans tous ses sens ! Des foules d'enfants qui avec leurs classes ou en famile découvrent l'agriculture, la nature, en pleine région périsienne.

Et autant de gens qui peuvent - dans les boutiques - découvrir, acheter, consommer des aliments différents, et aborder le commerce équitable.

 

La majorité présidentielle, quand elle devra reculer - ce qui est inévitable-, ne pourra rejeter la responsabilité de ces décisions sur personne : elle règne sans partage sur ce département avec 11 députés sur 12, avec 5 sénateurs sur 6, le président du Sénat dont on connaît la faconde bonhomie pour peser sur tous et tout, un maire de Rambouillet (tiens, c'est le même !), une ministre de l'Éducation et de la Recherche (ça tombe bien !)

 

Mais cette majorité se vante généralement d'avoir fait son fameux Grenelle de l'environnement.

Quelle cohérence dans tout ça ?

Quel plus "bel" exemple de reniement politique ?

 

Ne laissons pas "pisser le Mérinos"!

--------------

Repost 0
Published by henriette - dans environnement
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 07:14

Dans le domaine politique, on devrait ne parler que politique. Idées, valeurs, convictions, projet, programme, action, justice - liberté égalité fraternité.

Il est des jours où la nature humaine prend le dessus dans la vitrine médiatique. Stupeur, émotion ; tragédie pour une vie (deux vies ?) ; attente dans le pouvoir mondialisé ; consternation dans la famille politique.

 

Ce sont les à-côtés qui l'emportent aujourd'hui, malgré la retenue que s'impose la "classe" politique depuis le coup de tonnerre de New-York. Au nom de la décence, et au moins dans la pudeur émue, toutes les tendances invoquent la présomption d'innocence ; et s'interdisent d'exploiter l'événement en extrapolant la campagne électorale et les supputations partisanes.

Bien.

Mais il faut remplir les plateaux de TV, et les chaînes ont besoin de commentaires de "spécialistes". Justement, certains y ont leurs habitudes, et ils en vivent ; ils sont donc venus et parlent, eux.

Imposture médiatique : à défaut de sondage immédiat (heureusement encore !), pris de court, certains sondeurs sans vergogne oublient de se limiter à leur rôle. Au lieu de faire la présentation habituelle des résultats de leurs enquêtes, ils font de la haute voltige avec les conclusions qu'ils tirent... de leurs opinions personnelles.

 

Dans le déroulement normal de l'agenda politique français, les prochaines échéances sont les candidatures puis l'élection primaire d'un-e candidat-e de gauche. Rien n'est donc joué avant la période 28 mai-13 juillet : seules les candidatures déclarées dans cette période entreront en lice pour l'élection présidentielle. À ce moment, on saura en particulier si Dominique Strauss-Kahn a pu retrouver la place qu'il avait sans doute prévu d'y prendre. Les choses seront claires, les hésitations éventuelles seront terminées.

Et donc les sondages deviendront valables ; ces derniers mois des organismes spécialisés ont semé le doute sur leurs méthodes et leurs résultats. Malgré toutes les protestations basées sur le début de question absurde : "si vous aviez à voter aujourd'hui..." un an avant l'élection ! Malgré le fort pourcentage des sondé-e-s qui ne savant pas s'ils voteront, et de ceux qui n'ont pas fait leur choix (ou ne veulent pas le dire). Ce n'est que de la fiction.

 

Reste que si la donne est changée en juillet - DSK étant par force exclu de la compétition des primaires -, il sera impossible de vérifier que "le favori" des sondages le serait resté, ou si on allait assister à un effondrement une fois les candidatures officielles. Les candidat-e-s qui se sont déclaré-e-s déjà depuis plusieurs mois ne peuvent être soupçonnés d'exploiter la disparition d'un concurrent dans ces conditions, mais on ne peut les ignorer.

 

Pour l'instant, il faut dénoncer un éditorialiste comme Olivier Mazerolle (BFMTV) qui annonce que, à défaut de Dominique Strauss-Kahn, le Parti socialiste a bien d'autres candidats : c'est vrai mais il cite F. Hollande, M. Valls, A. Montebourg et P. Moscovici. Point barre.

Cherchez l'erreur ! Ce n'est même plus du journalisme.

 

Restons l'œil ouvert, la Justice  et la raison ne sont pas de trop en politique. Pour l'instant, nous en restons à la première déclaration de Ségolène Royal à 10h hier sur Europe 1.

"J’ai appris cette nouvelle bouleversante à propos de laquelle tout reste à vérifier. Dominique Strauss-Kahn a droit, comme tout citoyen, à la présomption d’innocence tant que les faits ne sont pas prouvés. Ma pensée en cet instant va à sa famille, à ses proches, et aussi à l’homme qui traverse cette épreuve." 

-------------

Repost 0
Published by henriette - dans fraternité
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:10

Dimanche dernier, Ségolène Royal célébrait à Paris le souvenir de François Mitterrand. Occasion de rappeler ce qu'a apporté la Gauche après les 23 premières années de la Ve République. Occasion d'une de ces Universités populaires participatives  (UPP) qui rassemblent régulièrement autour de thèmes de réflexion, thèmes qui nourrissent le Projet du/de la prochain-e candidate du Parti socialiste.

DAME ne mentionne pas systématiquement chacune des dates annoncées : comme toutes les UPP font régulièrement salles combles, il est risqué d'inciter au déplacement les Yvelinois pour qui la distance à Paris n'est pas négligeable, et qui ne trouveraient pas de place... Mais ce blog contient tous les liens nécessaires pour connaître les rendez-vous et invitations de S. Royal et de son association Désirs d'avenir. En outre  il est possible de demander à recevoir les Newsletters, et les adhérents reçoivent l'actualité par courriels ainsi que Facebook ou twitter.

C'est bien sûr tout le peuple de gauche qui se rappelait cette semaine l'événement du 10 mai 1981. Et dimanche, parmi les témoins qui se sont exprimés, on a pu entendre un des quatre ministres communistes qui entourèrent Pierre Mauroy dans son nouveau gouvernement dès le 23 juin. (En 1983 le Parti communiste décidait de ne pas participer au gouvernement Fabius.)

Voici donc par exemple l'intervention de Charles Fiterman, rappelant son action gouvernementale (aux Transports), et expliquant pourquoi il a dès 2006 soutenu la démarche de démocratie participative de la candidate socialiste :

 

 

En 2011, trente ans plus tard, cette commémoration n'est pas superflue - d'ailleurs une occasion de faire la fête n'est jamais inutile : depuis 2002 la droite ne sait plus offrir la joie de rassemblements populaires, sans que "la crise" serve de prétexte...

 

La lecture d'un hebdomadaire de gauche en rajoutait une couche dans le désespérant cette semaine : à part quelques pages de chroniques où souffle l'air frais, tout n'est que sombritude ! Le Nouvel Observateur prétendait nous offrir une nouvelle formule, renouvelée dans sa présentation.

Merci à quelques chroniqueurs, habitués ou nouveau (J-C. Guillebault, F. Raynaert et D. Cohn-Bendit), d'apporter une petite différence.  Car si "l'Obs" change", on a eu surtout,  autour d'un dossier-titre sur l'après Ben Laden, des  articles sur Outreau, le dernier suicide de France-Télécom (Orange aussi, tout de même !), le fuyard de Nantes laissant une famille massacrée, et un portrait indigent du PS en campagne présidentielle.

 

Sans vergogne, ce magazine qui se prétend intellectuel, nous raconte le story telling de la marche vers l'Élysée : les deux candidats sont choisis, leur comparaison est censée nous éclairer sur notre vote. Notre choix est incontournable, basé sur les sondages (irréfutables bien sûr) de mai 2011. Bien plus, notre choix nous est annoncé comme cornélien puisque le retour de la Gauche, le changement de politique de la France, passera par deux hommes que rien ne différencie, dont les objectifs et les méthodes sont les mêmes, admirablement classiques. Vive DSK et vive Hollande, "le champion des sondages" et "le favori des médias"... : "la primaire, c'est eux" ! Tout ce qu'attend la Gauche, youpee les mecs  !

Si François Bazin, spécialiste visionnaire des primaires socialistes, entraîne ses lecteurs dans cette manipulation aventureuse, on verra bien le résultat en octobre, après le vote réel de désignation à la candidature. Mais le doute accompagne cette lecture, quand on voit le portrait dessiné du Parti socialiste : entre déni de réalité et méthode Coué, comment mieux ignorer la masse des militant-e-s (qui sont resté-e-s depuis 2008) et des sympathisants ? Ils seront les électeurs des 9 et 16 octobre, et semblent complètement absents du scenario - comme les "adhérents à 20 €" bien mal considérés...

Vite, un nouveau portrait du premier parti de gauche !

 

Et, pour rencontrer les vrais militants de gauche, quelques rendez-vous demain en Île--de-France.

---------

Repost 0
Published by henriette - dans revue de médias
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 10:14

extraits de la Lettre Synthèse d'actualité du Service des Droits des femmes (SDFE, ministère des Solidarité et de la cohésion sociale)

ouvrir-guil-copie-1.jpgLe « pass contraception » arrive en Ile-de-France : « briser les tabous »

pass--CRIDF-27.4.11.png

Quelque 159 000 jeunes Franciliens vont disposer, à partir du 26 avril, d'un « pass santé contraception », consistant en coupons permettant par exemple de consulter un médecin et de se voir délivrer des contraceptifs pour quelques mois, gratuitement et anonymement. Ce dispositif, mis en place par la région Ile-de-France a été adopté l'été dernier (synthèses des 14 juin et 30 juillet 2010), il a été présenté dans un lycée parisien par le président du Conseil régional Jean-Paul Huchon, en présence du ministre de l'Education nationale Luc Chatel. « Nous nous sommes inspirés de l'esprit de ce qu'avait lancé ma collègue de Poitou-Charentes Ségolène Royal », a déclaré Jean-Paul Huchon, en lui rendant « hommage ». Rappelons que le dispositif avait été testé en Poitou-Charentes, suscitant à l’époque quelques polémiques (synthèses des 13, 16, 20 novembre 2009, 15 janvier et 8 septembre 2010). (...)

 

Ce 27 avril l’ensemble de la presse revient sur cette information : Les Echos titrent « Chatel soutient l’Ile-de-France », Le Parisien « Luc Chatel approuve le pass contraception », Libération souligne que « le pass entre au lycée », une mesure « pragmatique » prise en raison de la réalité des chiffres des grossesses non désirées, en hausse, et du nombre d’avortements de mineures. C’est cet angle qu’a choisi La Croix titrant sur « la banalisation de l’avortement chez les adolescentes » et rappelant que « le rapport entre accès à la contraception et baisse des IVG n’a rien d’automatique ». (...)

 

Xavier Bertrand s'est dit « plutôt favorable au nouveau Pass contraception qui est proposé en Ile-de-France », puisqu'il vise à « favoriser l'accès à la contraception ». La région a mis en ligne sur son site un dossier complet sur le lancement du pass contraception.

fermer-guil-copie-2.jpg

Ceci est une bonne occasion de saluer le travail de communication du SDFE : la parution très régulière de cette synthèse permet de repérer toutes les actualités féministes, et en particulier les atteintes aux droits et à la première des inégalités, démocratique. (Rien à voir avec la solidarité et la cohésion sociale... Mais ce qui compte c'est la qualité de ce travail, qui soutient les militant-e-s)

 

Quant au pass'contraception, parmi les réactions qu'il suscite, il faut noter le soutien de Luc Chatel, ministre de l'Éducation, à l'intiative francilienne, alors qu'il avait opposé toute la force de son ministère à la démarche de Ségolène Royal en 2009 ! Heureusement, forte de nombreux soutiens, la présidente de Poitou-Charentes a pu appliquer son dispositif en passant par les médecins. Chatel prétend maintenant que ce n'est pas le même système...

Et le ministre de la Santé, où est-il ? Xavier Bertrand ne s'est pas rendu à l'invitation de Huchon... No comment.

 

-----------

Repost 0
Published by henriette - dans information
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 08:31

Il y a loin des rêves admirés à la réalité quotidienne. Nous avons suivi et accompagné de nos espoirs les courageux combats que mènent nos voisins méditerranéens. Même notre gouvernement a tenu à y apporter sa patte, à entraîner le monde libre au secours et au soutien de leurs luttes, contre les régimes et les autocrates ancrés au pouvoir depuis des décennies.

Aujourd'hui, quelques semaines plus tard, la solidarité à un peu craqué avec la sécheresse dans notre pays. Que faisons-nous ?

Des militants essaient d'accompagner les hommes en quête de travail chez nous ; mais la France et la Commission européenne retrouvent les frontières qui peuvent arrêter un train... au nom de la sécurité. Les Libyens peuvent bien chercher la liberté, la dignité qu'on a saluée, du moment que ce n'est pas chez nous. Et pourtant qu'avons-nous à craindre ?

Quant à l'activité économique de ces pays, elle a besoin de nous aussi, de notre pouvoir d'achat, de notre désir de soleil. En Tunisie, en Égypte, destinations de masses françaises depuis des années, la population espère le retour des touristes qui leur redonnera un vrai coup de pouce - et à bon compte.

place Tahrir-EP-4.11

place Tahrir : auto-mitrailleuses au cas où...

siège du parti de Moubarak-EP-4.11

le siège de l'ex-parti de Moubarak

et aussi :

burqa à Gizeh-EP-4.11

Les paysages sont restés les mêmes, mais prennent un autre sens, plus riche, sans les foules d'autres étrangers, avec des traces déjà historiques. C'est maintenant qu'il faut y courir !

enfin seul

Avons-nous droit à l'égoïste insouciance qui nous a rendu Moubarak et Ben Ali plus fréquentables que leurs démocratiques successeurs ? Le tourisme est-il seulement une balade au milieu de décors uniquement colorés, ensoleillés ?

Les hôteliers arabes nous appellent au secours.

Les Japonais aussi - le problème est différent, mais tout le Japon n'est pas Fukushima...

----------

Repost 0
Published by henriette - dans fraternité
commenter cet article
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 09:04

Le président du Conseil général des Yvelines a siégé devant son assemblée, "renouvelée" par les dernières élections cantonales. Le département a donc 39 conseillers généraux, comme auparavant ; 35 hommes et 4 femmes, comme auparavant. Et 28 de droite, comme auparavant. Il a donc tout lieu d'être satisfait,  même si l'UMP s'est fait piquer 4 sièges par la droite "dissidente", et un par les écolos.

C'est donc un discours satisfait qu'il a prononcé le 31 mars après son élection comme président, le candidat socialiste n'ayant obtenu que les 11 voix de gauche ; tiens, où sont passés les "dissidents" ?

 

Satisfaction teintée d'un peu de regret : l'abstention a été maximum : 60.9 %, au delà de la moyenne nationale. Son explication est simple : le Conseil général et ses élus sont méconnus. Injustement bien sûr.

L'explication est superficielle : depuis 20 ans, notre assemblée départementale est de celles dont on a le plus parlé, dans la France entière. Grâce à des présidents "exemplaires" : Paul-Louis Tenaillon (avec 72 co-prévenus !) et Pierre Bédier (encore inéligible jusqu'en 2015). Mais on a changé de style en 2009.

Autre genre de publicité, l'an dernier, à l'ocasion de la Journée des femmes, l'association La Barbe! est venue spécialement à Versailles, pour féliciter la Commission permanente d'avoir su résister à la parité : 11 vice-présidents autour du Président Schmitz. Lequel avait fait chasser brutalement ces impertinentes : "Mardi-Gras est fini !" Il est vrai qu'il n'avait pas cherché à les écouter.

Un an plus tard, on aurait pu imaginer que la leçon avait tout de même été entendue. Et on attendait de découvrir le nouvel exécutif départemental un peu teinté de mixité, tant la Droite a dû retenir les objurgations de son Président.

CG 78-2011

Belle photo de famille ! mais pas de photo de l'Exécutif seul, tout en cravates...

Oui, oui : ELLES sont quatre malheureuses, soigneusement espacées au deuxième rang derrière les chefs. Galanterie versaillaise ou souci de les rendre plus visibles ? Disséminées au milieu de leurs collègues, on les aurait un peu manquées dans l'image. L'honneur est sauf...

Mais le sens du pouvoir politique est bien clair : même l'ancien(sic) ministre Mme Boutin a perdu sa place, et la seule femme dans les 24 membres de la Commission permanente est une socialiste, Jeanine Mary, présentée par la Gauche.

 

Si l'image est évidente, les mots ont peut-être exprimé un souci d'égalité ? La facilité de recherche d'un ordi aide au jeu. Dans la déclaration solennelle d'inauguration, combien d'occurrences du mot "femme" ?

Réponse : "Reader a terminé la recherche dans le document. Aucun résultat"

 

Dommage que M. le Président Schmitz ait oublié ses origines : sa propre mère Mme Christiane Schmitz, alors responsable locale de l'Union féminine civique et sociale, n'est plus là pour lui rappeler l'égalité femmes/hommes !

Mais un de ses thuriféraires a peut-être donné lla bonne analyse en fin d'un article louangeur pour le "gentleman-président" ? Il aurait déjà payé d'un siège de sénateur les lois sur la parité !

-----

Repost 0
Published by henriette - dans égalité réelle
commenter cet article