Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 21:50

Le mois de janvier est chaque année l'occasion pour les maires de présenter leurs vœux de bonne année, et les quelque 22 jours ouvrables ne suffisent évidemment pas à cette organisation sans doublons, pour les 262 communes du département...
C'est aussi une occasion de faire connaître et rencontrer les divers-es élu-e-s aux différents niveaux d'élections. À ceux qui ronchonnent que la dépense serait inconvenante par temps de crise, on peut faire remarquer que la convivialité peut rester modeste, et que les intercommunalités permettent de faire des regroupements plus économes.

Un aperçu pour ceux qui n'ont pas (encore) le câble : le nouveau site de TVfil78 évoque les vœux à Magny-les-Hameaux, qui permettent de faire mieux connaître le nouveau maire, à qui Jacques Lollioz vient de céder sa place.
Mais on trouve aussi les vœux de la CASQY, qui regroupe 7 communes, de droite comme de gauche :

 

L'exercice de ce discours annuel permet généralement de rappeler un bilan (heureux) des actions de l'année écoulée, et de découvrir les projets pour 2013.
Dans la liste des projets-souhaits, qui semblent actés, c'est un plaisir d'entendre une ouverture aux voisins.
AInsi a-t-on appris que Saint-Quentin-en-Yvelines allait approfondir ses relations avec les communes qui avaient demandé (au Préfet) à entrer dans la Communauté d'agglomération : au premier rang Maurepas et Coignières (actuellement condamnées à un mini-communauté de communes à deux), qui avaient été pionnières de la Ville Nouvelle jusqu'en 1983.
Le schéma départemental d'intercommunalité devait se concrétiser à la fin de 2013.
Voilà une ouverture dont bien des Maurepasien-ne-s se réjouiront.

 

 

C'est sans doute dans cette volonté de rapprochement que l'on trouve aussi deux projets importants :
- le doublement (enfin) du pont Guy-Schuler, qui relie les deux rives de la RN 10 en direction de la gare de La Verrière ;
- le prolongement du RER C jusqu'à Coignières.

Ainsi sont mises en relief les plus grosses difficultés pour sortir de Maurepas : les transports (bouchons, parkings surchargés à La Verrière) et voilà une perspective de solution.

Tout cela, les Maurepasiens ne pouvaient le savoir. Ils sont venus très nombreux à la salle des fêtes, invités par le Maire et les élu-e-s municipaux, le vendredi précédent, sans aucun autre élu officiellement invité pour leur faire honneur ; il est vrai qu'on ne peut inviter ses voisins quand toute occasion a été bonne pour les critiquer... Voilà donc une petite communauté qui se referme autour de son clocher, ou plutôt sa mairie, pour faire "un îlot protégé". Encore faut-il s'en donner les moyens... et est-ce la volonté des habitants, de rester un îlot ?

Bien sûr le discours exprime, sincèrement sans doute, une solidarité envers les populations, les familles qui subissent le plus la crise. Et la politique de logement et d'action sociale peut être appréciée à ce titre. Mais une commune ne peut vivre sans être solidaire aussi de son environnement.
Le bilan qu'a tiré M. Georges Mougeot de l'année passée ressemble à une sorte de déni de la réalité : on espère que le "nous" qui incarne toutes les réussites municipales est un nous collectif et non de majesté. Mais ce nous semble être une posture pour juger les grandes politques du monde, et semble s'opposer à l'ensemble de ceux qui nuisent à Maurepas. L'an dernier les "vœux" ciblaient un groupe d'opposition de gauche, et le conseiller général PS Ismaïla Wane ; cette année les flêches étaient destinés généralement aux vilain-e-s "encarté-e-s" socialistes...

Après une victoire présidentielle en 2012, avec François Hollande (qu'il avait paru soutenir plus ou moins), voilà le côté plus divers que gauche qui reparaît. Le parti socialiste, quitté depuis environ 10 ans, est incarné par des personnalités que le Maire ne peut supporter : ainsi menace-t-il de ne plus soutenir le Président du Conseil régional (qui ne lui répond pas pour le Lycée), faisant mine d'ignorer qu'un élu régional, Didier Fischer, suit activement le dossier.

Socialistes aussi, les sénateur et sénatrice qu'il vise (?) pour leur rôle supposé dans les décisions d'intercommunalité.
Encore socialiste, le Ministre Vincent Peillon, "brouillon", prétendûment coupable d'une réforme imposée à notre ville : mais le Maire n'a pas dû consulter les conditions de cette réforme des rythmes scolaires, avec l'annonce expresse d'une aide aux communes ?
Toujours socialiste, l'administration de l'État ? curieusement, notre observateur de la vie politique semble éprouver la nostalgie gaullienne d'avant les lois Defferre.

Enfin, socialistes aussi, les élus majoritaires de la CASQY, que M. Mougeot ne paraît pas rencontrer quand il prétend les rejoindre dans la même intercommunalité...

On dirait qu'il faudra plus que le doublement d'un pont, pour relier au monde la diversité de la Gauche à Maurepas ! Surtout quand la richesse de cette diversité déborde sur l'UDI, à droite...

Bonne année politique à tous !

---

Partager cet article

Repost 0
Published by henriette - dans démocratie
commenter cet article

commentaires