Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 09:04

Le président du Conseil général des Yvelines a siégé devant son assemblée, "renouvelée" par les dernières élections cantonales. Le département a donc 39 conseillers généraux, comme auparavant ; 35 hommes et 4 femmes, comme auparavant. Et 28 de droite, comme auparavant. Il a donc tout lieu d'être satisfait,  même si l'UMP s'est fait piquer 4 sièges par la droite "dissidente", et un par les écolos.

C'est donc un discours satisfait qu'il a prononcé le 31 mars après son élection comme président, le candidat socialiste n'ayant obtenu que les 11 voix de gauche ; tiens, où sont passés les "dissidents" ?

 

Satisfaction teintée d'un peu de regret : l'abstention a été maximum : 60.9 %, au delà de la moyenne nationale. Son explication est simple : le Conseil général et ses élus sont méconnus. Injustement bien sûr.

L'explication est superficielle : depuis 20 ans, notre assemblée départementale est de celles dont on a le plus parlé, dans la France entière. Grâce à des présidents "exemplaires" : Paul-Louis Tenaillon (avec 72 co-prévenus !) et Pierre Bédier (encore inéligible jusqu'en 2015). Mais on a changé de style en 2009.

Autre genre de publicité, l'an dernier, à l'ocasion de la Journée des femmes, l'association La Barbe! est venue spécialement à Versailles, pour féliciter la Commission permanente d'avoir su résister à la parité : 11 vice-présidents autour du Président Schmitz. Lequel avait fait chasser brutalement ces impertinentes : "Mardi-Gras est fini !" Il est vrai qu'il n'avait pas cherché à les écouter.

Un an plus tard, on aurait pu imaginer que la leçon avait tout de même été entendue. Et on attendait de découvrir le nouvel exécutif départemental un peu teinté de mixité, tant la Droite a dû retenir les objurgations de son Président.

CG 78-2011

Belle photo de famille ! mais pas de photo de l'Exécutif seul, tout en cravates...

Oui, oui : ELLES sont quatre malheureuses, soigneusement espacées au deuxième rang derrière les chefs. Galanterie versaillaise ou souci de les rendre plus visibles ? Disséminées au milieu de leurs collègues, on les aurait un peu manquées dans l'image. L'honneur est sauf...

Mais le sens du pouvoir politique est bien clair : même l'ancien(sic) ministre Mme Boutin a perdu sa place, et la seule femme dans les 24 membres de la Commission permanente est une socialiste, Jeanine Mary, présentée par la Gauche.

 

Si l'image est évidente, les mots ont peut-être exprimé un souci d'égalité ? La facilité de recherche d'un ordi aide au jeu. Dans la déclaration solennelle d'inauguration, combien d'occurrences du mot "femme" ?

Réponse : "Reader a terminé la recherche dans le document. Aucun résultat"

 

Dommage que M. le Président Schmitz ait oublié ses origines : sa propre mère Mme Christiane Schmitz, alors responsable locale de l'Union féminine civique et sociale, n'est plus là pour lui rappeler l'égalité femmes/hommes !

Mais un de ses thuriféraires a peut-être donné lla bonne analyse en fin d'un article louangeur pour le "gentleman-président" ? Il aurait déjà payé d'un siège de sénateur les lois sur la parité !

-----

Partager cet article

Repost 0
Published by henriette - dans égalité réelle
commenter cet article

commentaires