Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 07:14

Dans le domaine politique, on devrait ne parler que politique. Idées, valeurs, convictions, projet, programme, action, justice - liberté égalité fraternité.

Il est des jours où la nature humaine prend le dessus dans la vitrine médiatique. Stupeur, émotion ; tragédie pour une vie (deux vies ?) ; attente dans le pouvoir mondialisé ; consternation dans la famille politique.

 

Ce sont les à-côtés qui l'emportent aujourd'hui, malgré la retenue que s'impose la "classe" politique depuis le coup de tonnerre de New-York. Au nom de la décence, et au moins dans la pudeur émue, toutes les tendances invoquent la présomption d'innocence ; et s'interdisent d'exploiter l'événement en extrapolant la campagne électorale et les supputations partisanes.

Bien.

Mais il faut remplir les plateaux de TV, et les chaînes ont besoin de commentaires de "spécialistes". Justement, certains y ont leurs habitudes, et ils en vivent ; ils sont donc venus et parlent, eux.

Imposture médiatique : à défaut de sondage immédiat (heureusement encore !), pris de court, certains sondeurs sans vergogne oublient de se limiter à leur rôle. Au lieu de faire la présentation habituelle des résultats de leurs enquêtes, ils font de la haute voltige avec les conclusions qu'ils tirent... de leurs opinions personnelles.

 

Dans le déroulement normal de l'agenda politique français, les prochaines échéances sont les candidatures puis l'élection primaire d'un-e candidat-e de gauche. Rien n'est donc joué avant la période 28 mai-13 juillet : seules les candidatures déclarées dans cette période entreront en lice pour l'élection présidentielle. À ce moment, on saura en particulier si Dominique Strauss-Kahn a pu retrouver la place qu'il avait sans doute prévu d'y prendre. Les choses seront claires, les hésitations éventuelles seront terminées.

Et donc les sondages deviendront valables ; ces derniers mois des organismes spécialisés ont semé le doute sur leurs méthodes et leurs résultats. Malgré toutes les protestations basées sur le début de question absurde : "si vous aviez à voter aujourd'hui..." un an avant l'élection ! Malgré le fort pourcentage des sondé-e-s qui ne savant pas s'ils voteront, et de ceux qui n'ont pas fait leur choix (ou ne veulent pas le dire). Ce n'est que de la fiction.

 

Reste que si la donne est changée en juillet - DSK étant par force exclu de la compétition des primaires -, il sera impossible de vérifier que "le favori" des sondages le serait resté, ou si on allait assister à un effondrement une fois les candidatures officielles. Les candidat-e-s qui se sont déclaré-e-s déjà depuis plusieurs mois ne peuvent être soupçonnés d'exploiter la disparition d'un concurrent dans ces conditions, mais on ne peut les ignorer.

 

Pour l'instant, il faut dénoncer un éditorialiste comme Olivier Mazerolle (BFMTV) qui annonce que, à défaut de Dominique Strauss-Kahn, le Parti socialiste a bien d'autres candidats : c'est vrai mais il cite F. Hollande, M. Valls, A. Montebourg et P. Moscovici. Point barre.

Cherchez l'erreur ! Ce n'est même plus du journalisme.

 

Restons l'œil ouvert, la Justice  et la raison ne sont pas de trop en politique. Pour l'instant, nous en restons à la première déclaration de Ségolène Royal à 10h hier sur Europe 1.

"J’ai appris cette nouvelle bouleversante à propos de laquelle tout reste à vérifier. Dominique Strauss-Kahn a droit, comme tout citoyen, à la présomption d’innocence tant que les faits ne sont pas prouvés. Ma pensée en cet instant va à sa famille, à ses proches, et aussi à l’homme qui traverse cette épreuve." 

-------------

Partager cet article

Repost 0
Published by henriette - dans fraternité
commenter cet article

commentaires