Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 09:43

Une nouvelle fiction est née dans les medias en 2011 : toutes les hypothèses sont échafaudées pour la présidentielle de l'an prochain, et toutes aboutissent à la défaite de Sarkozy.

Bon peuple, réjouissons-noius, c'est gagné !...

 

La réalité valant mieux que la fiction, attendons pour voir. Ou plutôt, continuons de militer, pour une vraie victoire de la gauche. Car ça ne tombera pas tout cuit....

Tous les commentateurs notent qu'en France, comme ailleurs, la révolution tunisienne provoque la même émotion : nous ne sommes pas en dictature, mais nous avons envie d'un vrai changement. Une partie de la "classe politique" a pris ses habitudes dans notre décor, et ne pense même pas que nous avons envie d'un changement de papier peint, de rythme, de discours. La méfiance croissante est le pire signe d'un danger civique, et la contagion menace même ceux qui le méritent le moins.

Novation à gauche, les primaires annoncées et préparées par le PS, n'ont pas l'air de convaincre ses partenaires, comme si chacun pouvait à sa guise présenter sa candidature présidentielle. Si nous arrivons à une dizaine de candidats de gauche, sous prétexte que n'importe qui peut battre le président UMP sortant, les lamentations du 21 avril 2002 n'auront servi à rien. Non plus les anathèmes contre les sondages : ils sont aussi fous qu'à l'élection précédente, et tout le monde fait semblant de les croire !

Peut-on aussi faire croire que n'importe qui peut devenir Président-e de la République française ?

 

Les choix des électeurs ont besoin d'être éclairés, et pour l'instant ce sont les médias qui font leur choix, pour nous imposer la méthode Coué des communicants, pour nous enfumer avec la petite lampe magique d'Aladin.

 

Premier chapitre - comment vont se dérouler les primaires :

Pour l'instant c'est déjà une première étape démocratique, à laquelle est invité-e chaque citoyen-ne de gauche en France.

Certains s'étonnent qu'il y ait deux tours, les 9 et 16 octobre. C'est pourtant une nécessité pour que le candidat soit désigné de la façon la plus démocratique, parmi plusieurs : en 2006 un 2nd tour était également prévu.

Mais un tour avait suffi puisque Ségolène Royal, le 16 novembre, avait obtenu une majorité de 60,65 % des voix des militants socialistes (DSK : 20,69 %, Fabius : 18,66 %) ; et cela semble déjà oublié.

(à suivre)

---------

Partager cet article

Repost 0

commentaires