Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 11:17
CHÔMAGE :
Les femmes représentent moins de la moitié de la population active mais plus de la moitié des chômeurs. Même chez les moins de vingt-cinq ans, les filles sont davantage au chômage que les garçons. Et les chômeurs de longue durée sont d'abord des chômeuses.
Cette discrimination évidente, sans parler des inégalités salariales, frappe en priorité les jeunes filles, les employées et les ouvrières.  Bizarrement, elle semble moins scandaliser que le chômage des hommes.


LOUISE MICHEL :
C'était une femme admirable ! Combattante et généreuse. Une institutrice qui croyait au pouvoir d'émancipation du savoir et le voulait accessible à tous. Une militante des droits des ouvriers et du peuple en un temps où ils n'en avaient aucun. Une féministe qui tenait l'égalité des sexes pour "une brèche immense dans la bêtise humaine"
Elle nous a légué ce judicieux conseil : "Prenons notre place sans la mendier." Elle n'a jamais cédé, jamais plié.

MATERNITÉ
légalement, une femmes n'est pas obligée de le dire et il est même interdit d'en faire un motif de discrimination à l'embauche. Mais dans la réalité, la maternité est encore trop souvent considérée comme quelque chose qui dérange dans une organisation du travail qui l'intègre mal. Elle sert toujours d'alibi au plafond de verre auquel les femmes continuent de se heurter dans leur carrière.

MONOPARENTALE
la pauvreté monétaire touche d'abord les femmes qui élèvent seules leurs enfants. Elles sont aussi, en moyenne, moins bien logées. Elles ont naturellement plus de difficultés, quand elles ont un emploi, à concilier leur vie familiale et leur ve professionnelle, surtout si elles ont un enfant en âge préscolaire. C'est pourquoi je pense qu'elles seront les premières bénéficiaires de la création d'un véritable service public de la petite enfance, engagement auquel je suis particulièrement attachée.
C'est toute notre réalité économique et sociale qui pèse plus durement sur leurs épaules : les bas salaires du fait notamment de l'augmentation très forte du temps partiel non choisi pour les femmes, leur surchômage plus élevé, la précarité.

PARITÉ
Depuis 1848 et l'obtention du droit de vote par tous les hommes, on parle, sana états d'âme, de suffrage "universel". Nos manuels scolaires perpétuent ce qualificatif, sans s'interroger sur ce qu'un suffrage  qui privait la moitié de la population de ses droits civiques pouvait avoir d'universel...
Le machisme, le paternalisme, le soupçon tenace d'illégitimité et d'incompétence sur les sujets réputés "masculins" (les finances, l'économie et l'aménagement, la sécurité...), un certain déni de cérébralité(à nous l'intuition, à eux la raison), d'autorité, de pugnacité et j'en passe : tout cela les femmes élues en ont, à un moment ou à un autre, fait l'expérience.
L'interdiction du cumul des mandats pour les parlementaires, que je me suis engagée à réaliser, devrait ouvrir un espace aux femmes. Qu'elles s'y engouffrent ! J'espère que ma candidature leur donnera du courage.

POLITIQUE ÉTRANGÈRE
Je veux une France qui, en Afghanistan et ailleurs, soutienne les femmes, cette autre moitié du ciel, dont des intégrismes obscurantistes bafouent les droits, la liberté, la dignité.


Ces très courts extraits du livre Maintenant  publié par Ségolène Royal, répondant aux questions d'une journaliste, donnent un avant-goût de ce que peuvent attendre les femmes - et toute notre société - de son élection.
Ils évoquent quelques unes des questions qui seront évoquées dans la grande réunion de Beynes, demain jeudi. Hélène Mignon, députée de Haute-Garonne, qui a été vice-présidente de l'Assemblée nationale, a voté les grandes lois de gauche depuis 1988. Elle saura en aprler, ainsi que du pacte présidentiel de Ségolène.

                               (à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by henriette - dans 10e circonscription
commenter cet article

commentaires