Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 10:42
De plus en plus, grâce à Internet, on peut suivre les ravages que subit EDF. Non, même pas EDF : il s'agit maintenanat des filiales réseaux de distributions de l'électricité (RTE, ERDF).
La France avait fait des gorges chaudes des grandes pannes états-uniennes : Los Angeles, New-York. Soyons heureux : la France va dans le sens du progrès, à son tour !

Ainsi en Bretagne, Le Télégramme signale une panne de deux heures qui a frappé Brest et une partie de son agglomération : 90 000 habitants, excusez du peu, à la mi-juin. Un des commentaires sur le site y ajoute des coupures semblables à Hennebont (Morbihan).

En Dordogne, selon Sud-Ouest, c'est pendant 8 heures que les habitants de Sainte-Alvère ont dû attendre le retour de l'électricité.
Toujours dans le centre de la France, le Lot a souffert à son tour : La Dépêche du Midi mentionne les 18 000 foyers privés de courant à Cahors, mais à peine 3/4 d'heure.
Remontons vers l'Est : 1 heure 30 de coupure à Reims, citée par L'Union.. Les activités ont été évidemment pertubées, avec des risques pour la circulation, faute de feux tricolores.
Enfin La Voix du Nord mentionne à Lille une coupure de 2 heures et demie, qui a perturbé les sites Internet du groupe de presse, et a obligé les pompiers à aller décoincer des voyageurs d'ascenseurs.


Pour en finir avec ce tour de France original, n'oublions pas la "panne géante" de Roissy, qui a duré plus de "20 minutes" : elle a frappé plusieurs terrminaux, la tour de contrôle (qui avait un système de secours), le tri des bagages, et les portillons de sécurité. Une paille ! l'aéroport n'a retrouvé son activité normale qu'au bout d'une heure 45...

Pourquoi aller chercher partout ce qui va mal dans notre pays ?
Parce que DAME s'intéresse aussi à l'extérieur de Maurepas-et-environs. Surtout s'agissant d'un service public.
Et s'agissant d'information.

Côté service public : les organes de presse cités se retrouvent dans la rubrique "Actualité" des moteurs de recherche ; ce sont des événements qui ont eu lieu en moins de trois semaines. Notre service public de l'électricité est malade, et l'épidémie n'est pas la grippe A.

Côté information : la presse quotidienne régionale ne répugne pas à faire savoir ce qui atteint la vie quotidienne de la population de ses territoires. Surprenent ? non, c'est tout bêtement son rôle basique.

Pourtant, c'est plus de 2 000 maurepasiens qui attendent toujours de savoir ce qui leur est arrivé autour du 2 juillet. (Moins peut-être ceux qui étaient partis pour un congé : on espère qu'ils avaient vidé et coupé leurs congélateurs..)

La première fois, après des micro-coupures déjà, le mardi matin les habitants d'immeubles ont d'abord pensé à une panne individuelle, et se sont douchés deux jours à l'eau froide. Même par forte chaleur, à 80 ans et plus, c'était vraiment froid...
L'après-midi du jeudi, après vérification du disjoncteur, il a fallu se rendre à l'évidence : cette nouvelle panne venait d'ailleurs. Et si générale que les commerces du centre-ville ne pouvaient plus fonctionner, ni les ordinateurs des entreprises (y compris services de l'État) à défaut de groupes électrogènes.
Le soir, la nuit, pas d'éclairage public de part et d'autre du bd Guy-Schuler (centre-ville, Agiot).

Pour les particuliers ce n'était pas moins pénible : tous ceux qui avaient sagement baissé leurs stores pour se couper des 32 ° ambiants, ont dû se résigner à rester dans l'obscurité complète faute de pouvoir les remonter (système électrique). Pour le dîner, pas de micro-ondes. Pour passer le temps, pas de télé, pas de radio sur secteur. Pour communiquer, plus aucun téléphone fixe ou ADSL - faute bien sûr d'informatique. Les chanceux qui avaient récemment rechargé leurs mobiles ont pu téléphoner plus longtemps. Et tous ceux qui avaient des restes ont pu rallumer leurs bougies du dernier réveillon....

Téléphoner à qui ? Ce n'est plus EDF qui fait patienter 3/4 d'heure avec un message enregistré, mais la nouvelle société chargée de distribuer l'électricité sur son réseau. Que répond-elle ? que son équipe de dépannage est sur place (où ? pas vue) et fait tout son possible. Ouf !

Mais ensuite ? ensuite, il suffit d'attendre. Et la longue nuit ne s'est achevée qu'au petit matin.


Alors les 3/4 d'heure, deux heures, etc  de toutes les régions ne sont que petite bière réchauffée : Maurepas peut entrer dans le livre des records (Guinness bien sûr) avec ses près de 12 heures de panne.

Panne technique ? on se prend à douter quand l'AFP nous apprend que la France a, ce jour-là même, dû pour la première fois importer massivement de l'électricité. Bien sûr la réponse perpétuelle d'EDF (la vraie) aux interrogations sur d'éventuelles coupures était toujours la même depuis des années : "le réseau local est ancien".

Mais que n'a-t-elle travaillé plus tôt à sa modernisation ? Les 11 milliards d'€ qu'elle avait "provisionnés" pour ce genre de travaux, pourquoi ont-ils servi plutôt à faire des achats de sociétés en dehors de nos frontières ?
Pile... ce 3 juillet, on apprenait aussi que l'EDF flanchait en Bourse ("plus forte baisse du CAC 40") ; non  à cause des coupures et pannes, mais en raison de craintes sur son développement... aux USA.

Les consommateurs maurepasiens compâtissent, qui n'ont même plus d'EDF à Maurepas.

Et ils aimeraient comprendre : que ne leur explique-t-on les causes et les coïncidences ?
Si les pics de chaleur doivent entraîner ce genre de conséquence, il faudrait peut-être faire appel à la sensiblité environnementale des citoyens, en les priant de ne pas abuser des climatisations  - s'il faut ensuite sombrer dans le réchauffement et le noir pendant des heures !

Est-il impossible qu'ERDF fasse circuler une voiture haut-parleur pour donner quelques informations, rassurer ? Même la SNCF a compris qu'elle devait informer ses clients en cas de retards et pannes !

Dans d'autres régions les élus locaux sont allés remonter les bretelles à RTE et ses réseaux de distribution.
Et partout ailleurs la presse locale en a parlé.

Faut-il éviter de parler de privatisation, quand toute la droite yvelinoise ne pense qu'au remplacement de ses élus corrompus ? parler d'environnement, quand toute la droite s'échauffe pour un circuit de F1 ?

Les citoyen-ne-s méritent-ils/elles d'être informés ?

------

Partager cet article

Repost 0
Published by henriette - dans à Maurepas
commenter cet article

commentaires