Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 20:36
Extrait d'un entretien sur Mediapart :


il n’y a plus aujourd’hui de moment dans la vie des gens qui leur permette de profiter, de faire une pause, alors qu’ils créent toujours plus de richesses.


Quel est le prix social, psychologique, humain, de cette décision? Faut-il mettre en question le temps social, les associations, les clubs de sport, autant d’aspects de la vie en société qui n’ont pas de valeur marchande mais qui sont vitaux? S’il vaut perdre sa vie à gagner de l’or, je ne suis pas sûr que ça vaille le coup. On ne peut pas perdre sa vie à la gagner. D’habitude, ce slogan n’est pas porté par ma famille politique, mais en l’occurrence je le reprends volontiers à mon compte.

Je ne nie pas qu’il y a des problèmes de pouvoir d’achat ou que des étudiants aient besoin de travailler. Mais, à mon sens, il y a un prix à payer qui est trop cher pour la société, c’est un prix symbolique, le prix du lien social, le prix du lien entre les gens. C’est une espèce d’illusion de penser que toutes les richesses sont bonnes à créer. Il faut savoir renoncer à la création de richesses si le prix qu’elle coûte est trop élevé.

Du reste, il faudrait évaluer l’impact de l’assouplissement des règles du travail le dimanche. A ce jour, les bienfaits économiques ne sont pas certains. Si le texte vise à asseoir des positions qui existent déjà en régularisant la situation de commerces qui ouvrent déjà le dimanche, je ne vois pas ce que ça pourrait créer comme activité supplémentaire. Et puis franchement, des gens qui ont acheté leur paquet de nouilles le samedi vont-ils revenir en acheter un le lendemain?



Il est certain que nous ne sommes pas de la même famille de pensée que notre député, M. Jean-Frédéric Poisson, qui a succédé à Mme Boutin en 2007. Et une partie de son inspiration est sans doute dans la même ligne que celle de l'actuelle mnistre.
Mais cette déclaration est une très heureuse surprise, dans la mesure où les élus libéraux de notre circonscription ont une position inverse. La volonté déterminée d'Henri Pailleux a toujoujours été pour l'ouverture dominicale. À Coignières, par exemple, où les surfaces commerciales ne cessent de croître, verrons-nous bientôt les gigantesques "Portes de Chevreuse" s'ouvrir aussi le dimanche ?

Espérons donc que M. Poisson saura se faire entendre. Il a pris la tête du mouvement à l'Assemblée nationale, et a tellement impressionné MEDIAPART que le site a décidé une deuxième publication de l'entretien (qui datait du mois dernier) !


Autre suggestion : aurait-il le pouvoir de faire augmenter le pouvoir d'achat des gens, qui ne peuvent pas acheter le dimanche ce qu'ils ne peuvent déjà pas payer en semaine ?

-


Partager cet article

Repost 0
Published by henriette - dans 10e circonscription
commenter cet article

commentaires