Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pratique

pour adhérer au PS, un clic :
logo.jpg 
pétition

question d'éthique
SR-8.07.jpg
météo Maurepas

Recherche

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 23:16

Mardi 7 mai, la tête de liste socialiste de l'Île-de-France , était aux Mureaux pour un meeting de campagne des élections européennes. Entourée de deux co-listiers : Guillaume BALAS (2ème) et notre amie yvelinoise Michèle CHRISTOPHOUL (9ème), elle était accueillie par François GARAY, maire DVG des Mureaux, qui lui a demandé de le "convaincre"...

Elle s'est alors adressée à un autre invité, Paulo PISCO, député portugais (élu dans la circonscription Europe). Il avait expliqué la raison de sa venue en France, spécialment pour ce meeting.

" Paulo, tu as été formidable ; et tu as vu, je t’ai fait applaudir et c’était justifié.

Franchement, tu es venu ici apporter le discours le plus chevillé au corps, d’un Européen convaincu. Alors que ton pays est dans une situation incroyable.

Ce M. Barroso - qui préside la Commission depuis dix ans - a orchestré d’abord la chute de ton parti, et ensuite la mise de ton pays sous mandat de la troïka.

Au Parlement européen, un dernier travail important que nous avons voté, c’est le bilan de l’action de cette troïka, notamment dans ton pays.

Et ici, en France, où on nous parle de la rigueur, de l’austérité, de plein de choses épouvantables, tous ceux qui nous parlent de tout ça n’ont aucune idée de ce qu’est la troïka. La troïka, en Grèce : certains maintenant se réjouissent que la Grèce puisse revenir sur les marchés financiers, puisse revenir emprunter sur les marchés financiers. Comme quoi ce serait un signe qu’elle serait guérie – c’est en tout cas l’argument qu’utilise M. Juncker.

Mais comment peut-on dire, au XXIe siècle, sur le continent européen, qu’un pays est guéri quand 30 % de sa population n’a plus accès aux soins de santé ?

Et pourtant, en ayant été victime de cette austérité, de cette situation qui dure encore aujourd’hui, on propose à des jeunes Portugais qui cherchent du travail, d’aller en chercher ailleurs en Europe. Non pas au nom de la mobilité, de la libre circulation choisie, mais au nom de vieux schémas qu’il n’y aurait pas de travail au Portugal, et que donc il faut donc aller le chercher ailleurs en Europe ?

Est-ce que c’est pour ça que le Portugal a adhéré à l’Union européenne ? Est-ce que c’est ça le rêve européen ?

Ça, c’est le bilan de M. Barroso, un de tes compatriotes…

Donc on va t’aider à t’en débarrasser !"

Pervenche Berès une Européenne convaincue
Pervenche Berès une Européenne convaincue
Pervenche Berès une Européenne convaincue
Pervenche Berès une Européenne convaincue
Pervenche Berès une Européenne convaincue
Pervenche Berès une Européenne convaincue

Partager cet article

Repost 0

commentaires